Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2009

Bébé,

J’ai bu hier soir et j’ai marché longtemps, très longtemps avant de pouvoir me décider de quoi faire… quoi te dire… je n’ai pas du tout dormi cette nuit…

Au début, plutôt hier matin, j’avais pensé au fait que j’en parlerai de ce qui m’était arrivé ces deux derniers jours avec Julie ou Romane, sa copine… ou même de François ou Sophie qui m’ont recontacté… mais je ne sais plus quoi te dire vraiment aujourd’hui…

Tu as porté plainte une première fois comme quoi je te harcelais… ok, c’était effectivement le cas pendant les 2 premières semaines de septembre… puis j’ai évité de t’emmerder.

Puis tu m’as sorti que je t’empêchais de vivre, ce qui est totalement faux et royalement du foutage de gueule… car jamais je ne t’ai empêché de vivre ta vie après la séparation, même le fait que dès le départ je savais pour qui tu m’avais quitté… lis la première journée du blog, je le savais dès le départ, j’avais tout vu venir avant que ça ne se produise… tout ce qu’il te fallait était un prétexte pour le faire au yeux de tout le monde, pour bien te faire voir… tu voulais sa queue, tu l’as eu… je n’ai rien dit…je ne suis jamais venu à l’improviste, jamais je ne t’ai emmerdé à ton boulot, ou emmerdé ta famille de merde et d’hypocrites ni tes foutus amis qui tout d’un coup font comme s’ils étaient toujours là pour toi… ouais bien-sûr…

Puis le 4 décembre, je suis venu régler un problème administratif et tu as de nouveau décidé de porter plainte… pour harcèlement moral…

Tu en as une de morale déjà???

Oui si je te poses cette question, c’est parce que je me rends compte que tu n’as aucun respect pour nos 9 ans de vie de couple, que tu n’as aucun respect pour mon fils. Tu veux absolument m’empêcher de le voir… C’est tout ce que tu as trouvé pour m’emmerder…? Le fait que tu n’as aucun respect pour moi, je peux le comprendre.

Mais là, je ne sais plus si moi je dois continuer à te respecter ou pas…?

Tu as décidé de toucher un point sensible rien que pour me faire sortir de mes gonds… en touchant à mon fils…

Alors… Je vais te dire… BRAVO…  Car là oui… tu m’as eu…

La mère de Louis n’était pas censée être au courant de tout ce qui nous concernait, mais tu as quand même décidé de lui en parler… Tu as critiqué le blog en disant qu’il portait atteinte à ta vie privée… Quelle vie privée, trouves moi ton nom ou ton adresse dessus, n’importe quoi qui indique que c’est TOI, qu’on peut lier ce blog à toi…?

Mais toi, ce que tu fais est très certainement une atteinte à ma vie privée… car la mère de Louis, elle, elle te connait…

Tu as décidé de lui parler de choses qui ne la regarde pas du tout…

Alors oui, tu as reçu mes sms hier, et c’est la première fois véritablement que je t’ai menacé et je vais te dire honnêtement et je le répète ici, fais ce que tu veux, suces autant de queues que tu veux, baises avec qui tu veux, parles  et dis du mal de moi à qui tu veux… mais évites le sujet de mon FILS… si tu continues TES DÉLIRES à vouloir m’empêcher de voir mon fils… je te détruirai… et tu sais que j’aime mon fils et pour lui je ferai n’importe quoi… tu sais aussi que j’ai un QI très supérieur à la plupart de tes amis ou ta famille RÉUNIS… là oui je te menace et je le fais publiquement… c’est sur que question QI, je ne réfléchis pas du tout là tout de suite car là tu m’as vraiment fait mal. Tu as touché un point tellement sensible que je ne sais pas quoi faire exactement…

Il se peut que tu as de nouveau été porter plainte dès ce matin suite à mes sms, tant pis… cette fois je l’assume, j’assume la totalité. Car tout ce que je t’ai dit dans ces sms, je le pensais et je le pense…

Tu veux me faire du mal, fais le… mais fais le directement à moi… envois tes copains pour me casser la gueule s’il le faut, je te le conseille vivement d’ailleurs… fais un blog aussi, ou postes tes photos avec ce trou du cul pendant que tu lui sautes dessus sur facebook s’il le faut, oui ça me fera mal, mais je suis assez grand pour le supporter.

Saches que jamais je ne t’ai fait chier pour le fait de m’avoir quitté pour ce TROU DU CUL ou SA QUEUE même si cela m’a fait beaucoup de mal…

Mais si tu touches de nouveau à mon fils ou tout ce qui tourne autour de lui, je te DÉTRUIRAI, je détruirai tout ce que tu connais, tout ce qui t’entoure et toi en dernière… que même les 10 plaies d’Égypte te sembleront comme une journée à Disneyworld et tu sais que j’en suis capable.

Nous sommes le 31 décembre aujourd’hui… Là tout de suite, je suis tellement en colère que  je te souhaite un réveillon des plus minables et des plus merdiques… et ce de tout MON CŒUR et pour 2010 je souhaite que tu ais une vie sentimentale des plus horribles, que tous les malheurs du monde s’abattent sur toi, ta famille et tes SOI-DISANT amis.

Cette nuit nous allons avoir une lune bleue et qui sait, peut-être que mon vœu se réalisera…

Il se peut qu’en 2010, j’écrive autre chose pour continuer à raconter ma vie, mes déboires, tout quoi…

Mais pour aujourd’hui…

Le SALAUD… qui t’aime encore…

Publicités

Read Full Post »

Salut Bébé,

Ça y est ce fichu Noël est passé… le premier sans toi… depuis 9 ans… je l’ai passé seul… à boire justement… je suis allé en ville dans l’après-midi, j’ai marché pas mal et puis je suis allé au sablon, je suis rentré dans une église, juste comme ça par curiosité… et puis je suis descendu vers un café. Il était bondé, mais il y a une personne qui m’a laissé un tabouret bien gentiment… J’ai commencé la journée avec une Westmalle Triple, elle ne m’a pas du tout goutée… Alors j’ai commandé une Leffe Blonde… hummm la même chose, je me disais mais merde qu’est-ce qui se passe?

Pourquoi elles ne me goutent pas comme elles devraient le faire? Mais j’ai continué…

La personne qui m’avait laissé le tabouret est revenue entre temps, un mec… PD à fond (c’est son propre terme), et d’ailleurs il ne le cache pas du tout. Il a commencé à me draguer, c’est quasi s’il ne mettait pas sa main sur ma cuisse. J’ai gentiment refusé sa proposition, mais nous avons quand même parlé, de pas mal de choses à vrai dire… de politique, de religion, de toi, de moi, il me racontait ses vacances… J’étais à ma troisième Leffe, alors il m’a proposé un verre… du whisky… Pourquoi hésiter… It’s fucking Christmas… j’ai pris un Johhnie Walker pure avec 2 glacons, lui Whisky Coca… On a continué l’après-midi au Whisky, on était bien parti.

Un peu plus tard, une femme, la quarantaine, mais très bien conservée est rentrée avec son chien (un modèle porte-clé), très belle femme, très bcbg (c’est le quartier du sablon en même temps), elle est venue s’asseoir à ma droite pendant que François (le gay) était à ma gauche et elle m’a dragué aussi… C’était ma journée apparemment… Je me suis alors tourné vers elle et nous avons aussi parlé… de politique, de religion, de toi, de moi… Elle s’appelle Sophie, elle par contre ne m’a pas offert de Whisky mais à commandé une bouteille de champagne… qu’on a bu à trois avec François.

Nous étions les seuls 3 personnes dans ce café qui ne voulions pas du tout fêter Noël cette année… Assez drôle et comique je dois avouer, pendant que tout le monde lançait des voeux en veux en voilà, nous faisions les rebelles.

17h, François devait s’en aller, il avait rendez-vous, alors il m’a demandé ce que je comptais faire dans la soirée, je lui ai répondu que je n’avais rien de prévu mais que si je décidais de sortir en ville, à la rigueur il n’avait qu’à me donner son numéro et je l’appellerai… Une fois qu’il est parti, je suis resté avec Sophie à discuter, d’abord au bar puis nous nous sommes installés sur une table qui s’était libéré… toujours au champagne…

Elle a divorcé l’année dernière, pendant les périodes de fêtes justement et c’est la raison pour laquelle elle ne veut pas fêter quoi que ce soit. Elle m’a proposé de la rejoindre chez elle pendant la soirée… hummm d’un côté un homme gay de 45 ans et de l’autre une très belle femme qui me propose un rdv… choix difficile… hihihi

J’ai aussi pris son numéro et lui ai dit que je verrai justement dans la soirée et que je la tiendrai au courant et je suis parti…

Et là… le drame… je me souviens être sorti du café et le souvenir suivant que j’ai… est le snack sur la place van meyel.

Je ne sais pas du tout comment je suis rentré, enfin comment je suis arrivé là… je n’ai aucun souvenir du trajet… C’est sur que question mélange je suis allé à fond…

Enfin j’ai pris une pitta et je suis revenu à la maison. J’ai allumé le pc et dès que je me suis connecté sur msn, Julie qui m’a envoyé un message…

« Que fais-tu ce soir, mon ange? »

« RIEN »… et je lui explique la petite aventure de l’après midi…

Et elle me sort, ça ne dirait pas de venir me rejoindre ce soir… J’ai refusé, alors j’ai eu droit à une crise de jalousie, du genre: tu vas voir des étrangers mais tu ne veux pas venir me voir…

Alors j’ai arrêté de lui parler et j’ai envoyé un message à François et à Sophie afin de savoir ce qu’ils avaient prévu dans la soirée…

D’abord François qui m’appelle pour me dire qu’il est au Homo Erectus, une boîte gay et que si je veux venir le rejoindre et il n’y a aucun problème… Hummmm… Merci pour l’invitation François mais je vais laisser ma place à quelqu’un d’autre. Je le reverrai probablement dans le café où on s’est connu.

Tout de suite après Sophie qui m’appelle… question identique qu’à François… Elle me sort: J’ai envie de sortir danser!… hein… danser, y a des trucs ouverts le soir de Noël… Oui oui, on prends ma voiture et on va danser… Non je crois que je vais laisser passer cette superbe occasion ma chérie, on fera ça une autre fois…

Sauf que là j’étais couillonné… je ne savais pas quoi faire, aller trouver Julie… laisses tomber… il est déjà 23h passé. et je n’ai pas envie de la voir.. alors je me suis rhabillé et je suis sorti… j’ai fait tout un tour jusqu’à Montgomery…

Bordel mais quasi tout est fermé… Bon merde, je vais descendre à la place Jourdan… Arrivé place Jourdan, un seul café d’ouvert et y a du monde… un couple (un peu bourrin sur les bords) est occupé au bingo, un homme est assis seul sur la dernière table au fond, un couple de jeunes derrière moi qui boivent du champagne (enfin du mousseux), deux autres types en plus de moi assis au bar, dont un qui boit un café et l’autre une Hoegaarden blanche…

Puis y a la serveuse bien-sûr, elle vient de reprendre son service, elle est bien habillée donc c’est qu’elle vient justement d’un diner de Noël…

Bingo… on commence à parler, elle venait de terminer de diner avec sa famille, elle trouvait que c’était une fête d’hypocrite… elle n’a pas tout à fait tort… je lui donne même raison à vrai dire…

Enfin j’ai continué à boire, la serveuse m’a même offert un verre de sa part, il devait être 3h du matin quand je me suis enfin dit « Autant rentrer »… J’étais plein… mais pas du tout malade… Je me suis dirigé vers la maison mais petit halte au night shop d’abord… il est sur le point de fermer, je prends un paquet de clopes… en voyant mon état et mes yeux, il se fous un peu de moi… en même temps y avait de quoi… je sors mais je rentre au magasin aussitôt. Je voulais prendre autre chose à boire, oui encore de l’alcool… il me demande si c’est une bonne idée… je lui réponds oui et c’est même une excellente occasion… mais je sors du magasin avec une bouteille de coca, en me disant que je ressortirais dans la nuit si j’ai encore envie de boire.

Tout le monde dors déjà, je monte me coucher, mais impossible de fermer les yeux, il n’y a que le fait d’avoir la couverture au dessus de la tête qui me fait du bien alors je reste couché sans bouger… je prends mon gsm et je commence à jouer au Solitaire…

Le lendemain, le 25, je sors du lit qu’il est 11h30 du matin, je descends me préparer un thé et je regarde la télé… je remonte avec ma tasse et je me mets sur le pc… Un message de Stef (un voisin et ami)… Tu fais quoi? Ça te dis de venir boire un café et fumer un joint… OHHHH OUI… J’arrive, laisses moi une demie-heure le temps de me préparer.

Pendant ce temps Julie est connecté aussi et m’envoie des messages pour savoir ce que j’ai fait dans la nuit, elle est toujours dans sa famille, elle est restée la pendant la nuit. Elle insiste de nouveau pour que je la rejoigne, je refuse toujours de la même manière… Je finis de m’habiller et je coupe le pc, Julie qui m’envoie cette fois un sms pour savoir ce que je vais faire, je lui parle de Stef et du fait que je vais chez lui. Arrivé chez Stef, je m’installe, et on fume, on parle de choses et d’autres, dont la Noël… Je suis à mon deuxième joint, il change de chaine sur sa télé, on tombe sur un documentaire… C’est « La Citadelle assiégée », superbe film documentaire, jamais vu quelque chose d’aussi impressionnant, c’est une guerre EPIQUE ET TITANESQUE entre les gentilles termites (de couleur blanche et or) et les fourmis carnivores (de couleur noire… faut pas chercher le cliché), quelles sales bêtes ces fourmis, faut pas les emmerder, rien ne résiste, même un serpent sur leur chemin, c’est de la bouffe…

Enfin le fait d’avoir fumé des joints accentue nos émotions, et on est sur le cul devant le film tellement tout est impressionnant, grandiose… pendant ce temps mon gsm n’arrête pas de vibrer c’est Julie qui me fait un caca nerveux et une crise monumentale de jalousie… Dans un des messages elle me sort que je préfère aller voir un pote plutôt que de venir voir ma copine… Je lui ai répondu que mon pote en question était à deux minutes de chez moi et que je n’avais pas besoin de prendre le train, mais que surtout je ne restais pas dormir chez lui…

Mon message ne change rien, elle continue et dans un des derniers sms de l’après-midi, elle me dit: tu veux que je vienne te voir ce soir, on pourrait passer la nuit ensemble, sortir quelque part… Je ne réponds pas directement, alors le ton de ses sms change et elle veut absolument une réponse… je lui dis, non je ne peux pas, je dois me lever tôt car je vais avoir Louis pour le weekend (ce qui est la pure vérité). Elle arrête et n’insiste plus… mais tout ça était trop beau pour être vrai.

Stef doit aller quelque part alors je rentre, je suis complètement pété, je me mets sur le pc et je suis tranquille pendant un moment… Il est 17h40 quand je reçois un message sur msn de… oui… de Julie: Mon ange, il y a ma copine R. qui vient à Bruxelles ce soir pour aller dans une boîte, elle m’a proposé de venir avec elle, tu veux nous rejoindre…

Hummm… La coïncidence… Je lui réponds de nouveau NON… je ne peux pas, j’ai Louis demain. Mais elle continue d’insister… Alors je coupe tout… Je ne réponds à plus aucun de ses messages ou sms. Vers 23h je décide de sortir boire un verre… je descends de nouveau vers la place Jourdan. Toujours au même café, la serveuse n’est pas la même, mais je la connais aussi. 0h17, je reçois un nouveausms: Mon Ange, je suis avec R.  dans la boite, es-tu sur que tu ne veux pas me rejoindre…

Quoi répondre… Je n’ai aucune envie d’aller dans une boite de nuit, j’ai horreur de ça… Mais bon, il faut que je la vois, il faut que je lui parle, car je n’ai pas apprécié son petit numéro quand j’étais chez Stef… alors je lui envois un message: A quelle heure, comptez-vous retourner? Est-ce qu’on peut se voir dans la matinée, je vous offre le petit-déjeuner.

Elle est d’accord et on s’arrange pour 6h du matin, je finis ma Westmalle et je rentre me coucher. Mais impossible de fermer les yeux de nouveau, je ne sais pas dormir, j’ai d’ailleurs oublié de demander la prescription des somnifères à mon Psy… Je reste sous la couette et j’attends…

Mon réveil sonne à 5h25, je reste un peu dans le lit, mais cette fois c’est le téléphone… c’est Julie… elles sont déjà en ville… La seule pensée qui me vient au moment même…: Ah les connes… C’est vraiment des blondes…

Pas le choix, je me lave et je m »habille vite et me mets en route vers le métro. Elles ne connaissent pas les noms des rues, comment leur faire comprendre alors… Je leur dis, trouvez n’importe quoi d’ouvert et attendez moi là… 10 minutes après j’y suis, elles sont derrière la Bourse, elles sont sorties de l’endroit où elles étaient car il y avait des types louches.

Bon tant pis, il faut trouver un truc d’ouvert… Malheureusement les cafés ne sont pas encore ouverts, ils sont entrain de nettoyer, alors on monte vers la Grand-Place et il y a des trucs d’ouvert dans la rue des Pittas, on voit un snack et on y rentre… R. prends une assiette de calamars avec de la sauce à l’ail et Julie une pitta avec aussi de la sauce à l’ail… à 6h du matin… Moi j’ai encore l’alcool de la veille qui fait de l’effet donc je ne mange rien, je demande juste un thé…

J’attends que Julie ait fini de manger et je demande au gérant si je peux fumer vu qu’ils étaient sur le point de fermer, il me réponds oui, j’allume une cigarette et je prends un café…

M: Bon Julie… C’était quoi cette connerie que tu m’as fait hier?

E: Tu me manquais c’est tout, je trouvais ça dégueulasse de ta part d’aller voir un pote plutôt que de venir me voir.

M: Bon, écoutes, je ne sais plus dans quelle langue t’expliquer les choses, mais je n’ai aucune envie de les répéter. Je pense que j’étais déjà assez clair à ce sujet. Je ne veux pas d’une relation. Et ta crise de jalousie n’arrange rien. J’ai perdu mon couple à cause de ça et je n’ai aucune envie de recommencer. Donc, je finis ma tasse, R. a fini de manger, on va aller à la gare et vous allez reprendre votre train. Pour ce qui est du 31, tu le sauras le jour même, je n’ai encore rien décidé…

Je les ai raccompagné à la gare et attendu qu’elles montent dans le train et suis revenu…

Je me suis fait un thé et je suis revenu me coucher, mais je n’avais pas sommeil… alors j’ai patienté jusqu’à ce que la mère de Louis arrive.

J’ai passé la journée avec Louis. On a joué à la Gamecube et puis ce soir on a regardé un film ensemble, il est venu s’asseoir dans mes bras puis s’est couché, on a regardé le film de Bob et Bobette. Il était trop mignon. Il est trop mignon… et je peux t’assurer que tu lui manques, car il m’a encore fait une remarque en voyant ta photo que j’ai comme fond d’écran sur l’ordi et aussi sur le gsm pendant qu’il était dans mes bras.

Je ne sais pas encore ce qu’on fera ensemble demain, dommage que la neige a fondu, car je l’aurai bien emmené aux étangs de Woluwé pour faire de la luge ou autre…

Enfin soit, je vais aller dormir maintenant, si j’arrive… pas le choix, j’ai Louis et c’est seulement lorsqu’il est là que je me sens moins seul. Et j’ai envie de m’occuper de lui du mieux que je peux, maintenant que sa belle-maman/sa copine Daniella n’est plus là…

Tu me manques toujours autant.

Ton Poussin.

Read Full Post »

MERRY FUCKING SHITTY CHRISTMAS TO EVERYONE.

_

UN PUTAIN DE NOËL DE MERDE A TOUS ET A TOUTES.

Read Full Post »

Salut Bébé,

Je n’ai pas grand chose à dire aujourd’hui, ce n’est que de la mélancolie…

Demain est le soir de Noël… En 9 ans, jamais nous l’avions raté, nous avions toujours été ensemble en ce jour là et puis si Louis était là, c’était le déballage des cadeaux à Minuit même.

Mais cette année, tu le fêteras sans moi… probablement en famille chez ta tante, ce qui me semble le plus plausible ou encore CHEZ NOUS avec ce trou du cul… ou pire chez ta tante avec ce trou du cul…

Ton cadeau est arrivé, il était impossible de le trouver en Belgique, donc je l’avais commandé d’Italie…

Mais…

Mais… comme tu as décidé de porter plainte, et que tu ne souhaites pas de contact de ma part, si je te fais parvenir ce cadeau, tu iras probablement porter une nouvelle fois plainte… Alors comment faire pour te l’envoyer, pour que tu le reçoives…?

Je pourrai l’envoyer chez ta mère; à son boulot; à ton boulot; chez une de tes connaissances… enfait je pourrais l’envoyer n’importe où… mais je ne le ferai pas.

Enfait, avec le reste des cadeaux (dont je t’avais parlé dans ma lettre), je le déposerai quelque part à Liège dans les jours qui viennent. Tu sauras comment aller le chercher à travers le blog.

Maintenant que tu décides d’aller le chercher ou pas, il restera quand-même là… le temps qu’il faudra d’ailleurs. Je donnerai des instructions claires…

Moi en tout cas je ne fêterai rien, déjà parce que ce ne sera pas avec toi et puis… ce ne sera pas avec toi… Donc je m’en fous royalement des fêtes cette année.

J’ignore encore ce que je ferai demain soir ou après demain… Tu me manques terriblement et horriblement. Je n’arrive pas à penser à autre chose. J’irai en ville probablement… faire quoi… hummm… quand j’y serai je le découvrirai…

Pourtant le psy m’a conseillé lui aussi de t’oublier, mais impossible… je sais qu’il le faut et il serait temps que je me remette sur mes pieds. Mais j’ai envie de le faire avec toi… Oui TOI, pour commencer continuer à t’avoir, te garder dans mes pensées et essayer de m’en sortir juste avec cette idée.

J’en suis capable je le sais… ce sera difficile, je vais souffrir, encore plus que maintenant… Mais sans toi, même en pensée, je ne m’en sortirai pas…

Enfin quoi qu’il en soit, je crois que je vais arrêter ici pour aujourd’hui. Il y a des choses que je voulais encore te dire, mais je le ferai une autre fois.

Je te souhaite une très bonne soirée… sauf si c’est avec ce trou du cul, dans ce cas que ta soirée soit la plus pourrie possible. ;o)

Tu me manques

Je t’aime.

Ton Poussin.

P.S.: Quand j’étais chez Julie, elle m’a pris la tête avec le film Mamma-Mia dont elle est vraiment très fan et il y a une chanson d’Abba que j’adore. C’est « Lay all your love on me »… Je l’adore surtout pour les paroles, réfléchis y. Je te les mets ici avec le clip de la version chantée par le groupe Sylver.

« Lay All Your Love On Me »

I wasn’t jealous before we met
Now every « MAN » I see is a potential threat
And I’m possessive, it isn’t nice
You’ve heard me saying that smoking was my only vice
But now it isn’t true
Now everything is new
And all I’ve learned has overturned
I beg of you…
Don’t go wasting your emotion
Lay all your love on me

It was like shooting a sitting duck
A little small talk, a smile and baby I was stuck
I still don’t know what you’ve done with me
A grown-up « MAN » should never fall so easily
I feel a kind of fear
When I don’t have you near
Unsatisfied, I skip my pride
I beg you dear…

Don’t go wasting your emotion
Lay all your love on me
Don’t go sharing your devotion
Lay all your love on me

I’ve had a few little love affairs
They didn’t last very long and they’ve been pretty scarce
I used to think that was sensible
It makes the truth even more incomprehensible
‘Cause everything is new
And everything is you
And all I’ve learned has overturned
What can I do…

Don’t go wasting your emotion
Lay all your love on me
Don’t go sharing your devotion
Lay all your love on me

(repeat 2x and fade]

Read Full Post »

Salut Bébé,

Enfin la journée est finie pour moi… je n’en peux plus à vrai dire, j’ai mal à la tête, même si le froid est en partie responsable, ce n’est pas le seul à blâmer… Je suis vraiment content d’être rentré.

Julie est partie… là elle est probablement à mi-chemin…

Elle est arrivée comme elle me l’avait dit avec le premier thalys… Je pensais être en retard à la Gare du Midi donc je lui ai vite envoyé un sms, arrivé à la gare, pas de train… je demande aux guichets s’il a du retard, on me dit que oui et qu’il ne sera là que dans une heure…

Je crois qu’il s’est foutu de moi, car quelques minutes après le train est arrivé, je ne savais pas quelle sortie elle allait prendre, mais finalement je l’ai vu arriver avec un grand sourire…. hummm pourquoi elle a ce sourire? Je n’aime pas ça…

Un petit bisou pour dire bonjour… Bien ça c’est fait et maintenant que faisons nous?

Elle m’a dit qu’elle voulait aller faire quelques courses dans le centre-ville et il y a un magasin qu’elle veut visiter Rue du Brabant près de la Gare du Nord (la rue dans laquelle on achetait tes PERLES), quelqu’un lui a donné une adresse.

Moi: OKKKKK, je pensais que tu venais ici pour qu’on discute de certaines choses…

Elle: Oui mais ça ne nous empêche pas de faire quelques courses avant, non?

Moi: Bien-sûr que non…  (J’étais très méfiant… du style: JE N’AIME PAS CA « BIS » !!!)

Bien pas le choix, direction centre-ville en prenant le métro…

Moi: Mais d’abord peut-on aller boire un thé stp, je n’ai pas eu le temps d’en boire ce matin?

Elle: OK

En prenant le thé, j’ai essayé de lui tirer les vers du nez, essayer de savoir ce qu’elle pensait de tout ce que je lui avait dit hier…

Elle: Nous avons le temps, on parlera de ça plus tard dans la journée.

On a fait toute la rue neuve, je marchais avec elle, sans savoir exactement ce qu’elle recherchait ou ce qu’elle comptait acheter? Y a des magasins à Paris quand même…

Premier magasin, elle a regardée les chemisiers, les tops, les robes de soirées et puis elle a finalement achetée un bustier noir (dentelle et tutti quanti…) Hummmm 70€ pour ça, le reste du tissu est où?

Deuxième magasin, magasin de chaussures, elle a vu des escarpins à talons « vraiment » aiguilles d’un rouge terriblement brillant avec des paillettes blanches/argentées dans la vitrine, alors elle est rentrée les regarder et les essayer, puis d’autres chaussures, 15-20 minutes plus tard, je commence en avoir marre, mais elle continue de me parler de chaussures tout simplement mais ne se décide toujours pas.

Elle: On va aller dans un autre magasin… OK ça ne te dérange pas?

Moi: Hummm… J’ai le choix…?

Troisième magasin, magasin de vêtements de nouveau, elle regarde les pantalons, les jupes, les robes de soirée mais cette fois elle s’achète juste des bas, des bas fantaisie (comme elle m’a expliqué, pour moi un bas est un bas) dans ce style là… Mais plus simple, avec des roses, moins chargés…

Moi: Bon Julie, qu’est-ce que ça veut dire? Tu me fais quoi là?

Elle: Tu verras, allé suis moi, on doit encore faire les boutiques…

Quatrième magasin, elle s’achète une robe noire courte (de soirée?, j’ignore, je suis nul à ça) et me dit juste « au cas ou il ferait froid ».

Moi: QUOI??? QUAND???

Elle: Il faudrait que je me trouve un joli short noir.

Moi: Bon, je veux une explication!

Elle: Laisses moi trouver les chaussures et puis on ira manger et je t’expliquerai.

On a fait plusieurs magasins, les chaussures ne lui plaisaient pas du tout alors rebelote, on est revenu au premier et elle a acheté ses escarpins rouge et aussi une autre paire mais en blanc.

Puis direction une petite taverne pour manger, elle n’a pas voulu me dire quoi que ce soit, j’ai eu comme seule réponse, « dès que j’ai mon short… »

Moi: On vient de faire plusieurs magasins, tu as vu des dizaines de shorts, y en aucun qui te plaisait?

Elle: NON

Moi: Tu sais que j’ai mon rendez-vous chez le psy, à la rigueur tu n’as qu’à m’attendre en ville faire ton shopping et on se retrouve plus tard. Il faut aussi que je passe chez ma mère prendre les autres gants (ma main gauche était gelée).

Elle: Non, je n’ai pas envie de trainer ici toute seule, je vais venir avec toi à ton rendez-vous.

Moi: Mais tu sais qu’il dure plus d’une heure, s’il n’est pas occupé avant?

Elle: Pas grave, j’attendrai mon petit chéri…

Moi: ???… O…K…

Le seul souci était qu’il fallait que je retourne chez ma mère chercher mon autre paire de gants que j’avais oublié dans la matinée, j’avais trop froid aux mains. Et je n’ai aucune envie de présenter qui que ce soit à ma mère ou ma famille.

On a repris le métro, descendu à Schuman, on passe devant le Cinquantenaire, je fais le guide (j’aurai du me taire), elle me demande de passer par le parc… OK.

On passe par le parc, elle s’amuse un peu avec la neige et arrivé près de chez ma mère, je lui demande ou elle veut m’attendre… Elle me sort, je dois faire pipi, je ne pourrais plus attendre.

Pas le choix,je réfléchis et décide qu’elle n’a qu’à monter, je raconterai une connerie à ma mère.

On rentre, personne au rez de chaussée… Tant mieux… On y va au premier… Ma mère est occupé dans la cuisine, alors je propose vite à  Julie de passer à la toilette. Ma mère m’entend parler et me demande avec qui je parle…

ET MERDEEEE…

C’est rien, c’est juste une amie que j’ai rencontré dans la rue, elle devait faire pipi…

Julie qui sort des toilettes, voit ma mère et la prend dans ses bras pour l’embrasser comme si elle la connaissait depuis très longtemps… Ma mère est étonnée… et me dit en hindi « Tu es sur que c’est juste une amie? »

ET MERDEEEE…

Moi: Oui maman, je l’ai juste rencontré par hasard.

Ma mère: Oui c’est cela, tu me prends pour une conne…

Moi: STP Maman, Tais toi…!

Ma mère: Elle n’a pas du tout l’air d’être juste une amie… Qui est-ce?

Moi: Euhhh… Bon Julie, on y va stp… Sinon je vais arriver en retard à mon rdv.

Direction Saint Luc pour mon rdv, arrivé là bas je propose à Julie de m’attendre à la cafétéria, elle me dit non, je viens avec toi,je t’attendrai dans la salle d’attente…

PFFFF… et si le psy me voyait avec elle, il me posera des questions à coup-sûr…?

Bon, elle ne veut rien savoir, donc je vais me présenter aux guichets et on va dans la salle d’attente. Elle commence par me caresser le dos, la cuisse, elle veut me faire des bisous, elle est collante… et souriante…  tandis que moi, je suis gêné, y a du monde dans la salle et en plus comme à chaque rdv avec mon psy, je suis nerveux. Ma jambe n’arrête pas de trembler, je prends ma tête entre mes mains, mais elle a toujours ce sourire et continue de me caresser…

PUTAIN… Je ne veux pas que le psy voit ça… car si j’ai décidé de le voir, c’est par rapport à toi et moi, je ne veux pas un autre sujet de conversation pour le moment.

Manque de bol, le psy arrive, je me lève en vitesse avant même qu’il ait eu le temps d’ouvrir la porte et je cours vers lui en disant à Julie de m’attendre.

Je vais passer les détails de la discussion que j’ai eu avec le psy… bien sûr j’étais en larme pendant l’entretien…

Une fois l’entretien terminé, je passe chercher Julie à la salle d’attente, je suis très énervé et on voit sur mon visage que ce n’était pas facile.

Elle me voit arriver, elle ne dit rien au moment même, je m’abaisse pour prendre le parapluie, mon écharpe et mes gants. Elle me dit en me voyant faire ça:

E: Hummm, il a du remuer le passé…

M: Oui et pas qu’un peu. Je n’ai pas envie d’en parler stp. On va reprendre le métro et on va retourner à la gare pour que tu puisses prendre ton train retour.

E: Ok, on va prendre le métro mais j’ai envie de visiter la Grand Place et le marché de Noël…

M: Oh Putain quoi encore… Je veux une explication stp… !

E: Une fois qu’on est là bas, promis je te dirai tout mon ange.

Arrivé Gare Centrale, nous sommes allés vers la Grand Place, wow… très joli sapin, ah tiens il y a même une crèche… avec de vrais moutons et ils ont déjà mis le petit Jésus dans son panier… c’est nul…

Et puis il y a un spectacle continu de son et lumière sur la façade de l’Hotel de Ville, bon lorsqu’on est arrivé c’était du Beethoven et juste après de la musique electro… ouaiss pourquoi pas…  Bizarre comme mélange, mais avec la musique électro, les lumières faisaient plus penser à un égaliseur sur la façade. Je me suis rapproché du sapin, les étoiles sont en papier… Ah tiens, il y a des mots sur chacune des étoiles, trop loin, j’ai abandonné l’idée de les lire.

Je me tourne vers Julie pour lui dire:

M: Tout est si joli… mais si je dis ça c’est uniquement au niveau esthétique… Je ne veux pas d’un NOEL cette année, ça m’emmerde plus que tout…

E: Comme tu veux mon chéri, mais je trouve ça romantique quand même…

M: De quoi?

E: Nous… Ici, sur la Grand Place, à écouter de la musique, à se promener dans le froid mais en étant ensemble… Je n’ai jamais fait quelque chose comme ça avec quelqu’un d’autre… Tu es le premier qui m’offre ça…

« Et merde… »

M: J’ai besoin d’un verre, tu veux qu’on aille au marché de Noël ou dans une des taverne ici.

E: Il y a la tente en face « Champagne et huitres »…

M: OK, allons boire un verre de champagne dans ce cas… les huitres ce sera sans moi…

Arrivé sous la tente, je lui ai demandé une explication pour sa venue aujourd’hui, puis les courses, ses achats…

E: C’est pour la soirée du 31 décembre…Qu’est-ce que tu penses du fait que je m’habille avec le bustier, les bas, les chaussures et un short?

M: ??? oui… pourquoi pas, c’est joli vu comme ça…

Enfait je n’avais pas la moindre idée… un short, des bas pour une soirée du réveillon… Mais elle m’a expliqué le style qu’elle voulait… C’est vrai que c’est pas mal, dans ce style là un peu…

E: Sinon je mettrai la robe que je viens d’acheter.

M: Pourquoi pas oui. Mais pourquoi me parles-tu de ça?

E: Parce que j’ai envie d’être belle pour toi. Je nous ai réservé une table (enfait tout le coin où on va s’asseoir) au « la boîte où elle m’a emmenée la première fois ».

M: Je pensais qu’on était clair là dessus hier soir. Ce ne sera pas possible. Je t’ai parlé de certaines choses hier et je ne peux te donner ce que tu me demandes.

E: Je sais… Mais je veux prendre mon temps. Te laisser le temps de m’aimer. Et j’aimerai déjà que ce soir tu rentres avec moi.

M: (Toux) Quoi? Tu sais que je ne peux pas. J’ai des choses à faire ici.

E: Je sais… Mais voilà, j’ai déjà acheté ton billet.

M: Tu peux encore te le faire rembourser.

E: Très bien alors, je vais juste te donner ceci (elle m’a sortie une enveloppe). Il y a un billet d’avion et un billet de train pour le 31 décembre à ton nom dedans. J’aimerai que tu y réfléchisses et que tu viennes me rejoindre.

M: Mais tu es folle… merde… je ne peux pas, je ne pourrai pas…

E: Si tu ne viens pas, moi je viendrai ici à Bruxelles, chez ta mère.

M: Hummmm… je crois qu’on va rentrer maintenant. Sinon tu vas rater ton train.

Nous n’avons pas parlé pendant le chemin jusqu’à la Gare du Midi, j’ai attendu le train avec elle, elle n’a pas arrêtée de me prendre la tête en me demandant de monter dans le train avec elle.

Viens avec moi; STP; SNIF; Tu n’auras qu’à repartir avant jeudi; Stp, j’en ai besoin; Je me sens seule sans toi…

Son train est arrivé à temps, je lui ai fait un bisou et je l’ai vu monter dans le train, elle est vite revenue vers la porte et m’a tendu l’enveloppe que je lui avais rendue. Elle m’a juste dit: PENSES Y!

J’avoue que cette journée n’est pas facile à croire… ça fait très ciné, très théâtrale…  Enfait je suis sur que tu considères cette histoire avec Julie comme une connerie, un de mes délires… Même moi je ne voulais pas y croire avec tout ce qu’elle m’a fait, mais lorsqu’on était sous cette tente à parler et boire un petit verre de champagne, elle m’a sorti ceci…

Une photo prise par le patron de la boîte en question la deuxième fois qu’on y est allé là bas, j’avais complètement oublié… (Elle a les cheveux plus courts avec un peu plus de rose dedans maintenant)

Si je voulais profiter de cette fille, je le pourrais, et j’aurai pu, mais je cherche juste de la compagnie et je ne pensais pas qu’elle tomberait amoureuse de moi… Comme j’ai pu le dire, je n’ai rien fait de particulier… J’ai été moi-même à chaque fois.

Je ne mets pas cette photo pour dire que je t’ai remplacé, ou pour te faire enrager, non Bébé… Je la mets uniquement pour te prouver que tout ce que j’écris sur ce blog ou dans mon carnet t’est destiné et est la pure vérité… Je ne veux rien te cacher… plus rien…

A l’avenir que tu lises ces lignes ou pas, tout ce qui m’arrivera sera quand-même ici…

Saches juste que je ne peux pas vivre sans toi. Je ne peux pas.

Maintenant est-ce que je prendrai cet avion le 31? Je l’ignore encore…

Je ne le saurais que le 31 décembre…

Je t’aime et tu me manques…

Ton Poussin.

Read Full Post »

Salut Bébé,

Tu as vu comme il a bien neigé cette nuit et aujourd’hui… WOW… j’étais aux anges ce matin lorsque quelqu’un m’a envoyé un sms pour me dire qu’il avait neigé… la première chose que j’ai fait c’était de me mettre à la fenêtre pour observer ce blanc… Puis direction la cuisine pour me faire un thé, la douche, vite habillé bien chaudement et puis de sorti… ahhhhh le sourire que j’avais… il n’y avait quasi personne dans les rues sauf un abruti…MOI, avec ce sourire niais à regarder et marcher dans cette neige… je suis allé faire un tour jusqu’à Mérode, puis j’ai fait le tour du Cinquantenaire, il continuait de neiger… J’ai allumé une cigarette sur le chemin retour et je suis rentré pour boire un thé.

Ma mère était occupée à nettoyer le trottoir, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai pris de la neige sur une des voitures garées et j’ai lancé une boule sur ma mère… les gens qui passaient par là ont trouvé ça très drôle…mais pas ma mère, elle a voulu me lancer la raclette… Puis je suis monté au premier avec ma tasse de thé et me suis mis au balcon, ma mère était toujours sur le trottoir… de nouveau, j’ai eu comme une terrible envie, j’ai fait une autre boule et lui ai lancé cette dernière, manque de bol, je l’ai raté mais elle m’a vu… alors j’ai fait une deuxième et cette fois sans faire exprès, la boule est allé se coller derrière sa tête, heureusement qu’elle avait couvert sa tête… je ne visais même pas sa tête… elle n’a pas du tout appréciée mon humour…

Mais que c’est bon d’être gamin par moment… surtout en ce moment.

Tout ça pour dire que je suis de nouveau « célibataire »… je n’ai pas su attendre jusqu’à lundi.  J’ai eu une discussion avec Julie hier, elle voulait absolument venir aujourd’hui à Bruxelles pour me voir… Mais grande gueule que je suis parfois,  je n’ai pas su tourner autour du pot et lui ai dit la vérité…

Quand je pense qu’elle voulait venir aujourd’hui à Bruxelles car je lui manquais tout simplement, tu sais que je ne comprends toujours pas pourquoi??? Pourquoi je lui manquais tant?

Et pourquoi elle m’aimait/aime tant?

Déjà qu’est-ce que j’ai fait pour qu’elle m’aime… on ne s’est pas vu tant que ça et pourtant…

Je lui avais même raconté NOTRE vie, NOTRE relation, NOTRE rupture, pas en enjolivant les choses pour bien me faire voir, non, tout simplement comme elles se sont passées.

Et pourtant j’avais quotidiennement des messages d’elle avec des « Tu me manques »; « Je t’aime »; etc…

Elle voulait que je sois avec elle tout le temps. Elle voulait même me payer le billet d’avion ou de train  à chaque fois qu’on n’avait pas prévu de se voir pour que je la rejoigne et qu’on se voit le plus souvent possible.

Et la dernière fois que l’on s’est vu, elle m’a demandée d’emménager DÉFINITIVEMENT avec elle, qu’elle revenait à Bruxelles avec moi, on prenait mes valises et qu’on retournait chez elle pour de bon.

Oui quitter tout ici et d’aller vivre avec elle… loin…

J’avoue que j’ai hésité avant de lui répondre, enfait je ne lui ai toujours pas donné de réponse, mais ça m’a travaillé, encore ce matin…

Et en fin de journée, elle m’a téléphonée… pour me dire qu’elle serait ici à Bruxelles avec le premier Thalys ce Lundi… Hummm… Youpieee… Je ne voulais pas la voir pour le moment.

Elle veut absolument me parler… que faire, ne pas aller à la gare, ne pas la voir? Le seul souci, même si elle ne connait pas l’adresse, je lui ai parlé de la Place Jourdan, j’ai parlé de la Maison Communale, elle a en plus ma photo… et comme le quartier ne m’a pas du tout oublié depuis 15 ans… il ne lui sera pas difficile de me trouver.

PUTAIN DE MERDE…

J’ai en plus RDV avec mon psy ce lundi…

Le CÉLIBAT complique tout…

Je te raconterai comment cela s’est passé… Là je vais dormir en regardant des photos de toi.

Je t’aime et tu me manques encore beaucoup.

Ton Poussin.

Read Full Post »

Salut Bébé,

Bin voilà… Finalement la neige n’a pas tenue longtemps, c’est dommage… J’aurai tellement aimé qu’elle reste plus longtemps, mais bon, l’hiver n’est pas encore terminé, peut-être qu’avec un peu de chance il neigera encore… J’adorerai cela… C’est trop beau quand il neige… Ça me fait du bien de voir tout en blanc, c’est comme si rien d’autre n’existait sous cette couche… C’est magnifique.

Il ne s’est rien passé de spécial pour moi aujourd’hui. Par contre pour toi je suppose que oui, étant donné que c’était ton jour de congé…

Enfin si, je me suis rendu compte que je n’allais jamais voir mes messages sur le compte gmail dont l’adresse se trouve sur le blog (en haut à droite), et j’avais quand même pas mal de messages dessus… Certains remplis d’insultes, les trucs habituels (t’es un con; t’es vraiment un enfoiré; connard; c’est toi le trou du cul; bla bla bla; et cetera et cetera…) d’autres par contre plus agréables… dont je dirais 65-70% venant de femmes (j’en suis le premier étonné) avec des messages d’encouragements, de pitié (je ne tombe pas sur un autre terme), etc… Donc j’ai passé ma journée à leur répondre, même les messages d’insultes, sans les insulter en retour bien-sûr…

Mais avant cela petite discussion par msn avec Julie… Hummm je me demande si elle a compris le message que je voulais lui faire passer indirectement sans dire quoi que ce soit.

Je te mets une partie de l’historique de la conversation que j’ai eu avec elle… (je n’ai bien-sûr pas corrigé les fautes)

(11:41) julie : tu ne sais tjs pas quan tu vien je suppose?
(11:42) … : bin non, vu que de toute facon, ce sera les fetes maintenant donc apart peut-être venir le weekend du 31 je ne vois pas…
(11:44) julie : i mais tu sais ke je suis en vacance a partir d’aujourd’hui donc meme la semaine
(11:49) julie : …
(11:50) … : bin je ne sais pas encore…
(11:50) julie : je devrais le savoir hihihi
(11:51) … : et je suis désolé, mais je ne veux voir personne pour la période des fetes, je voudrais vraiment etre seul. je partirai même quelque part je crois.
(11:52) julie : c vraiment gentil je suis touchée
(11:53) … : ca n’a rien à voir avec toi, je t’ai dis à propos de noel cette année, je ne suis pas en état de feter quoi que ce soit
(11:54) julie : oui mais je n’ai pas dit de mal juste que je suppose que je ne saurai pas encore te toucher(par tel)
(11:56) … : mais je ne sais pas encore si je partirai ou pas…
(11:56) julie : oui mais bon
(11:58) julie : la derniere foi que tu m’a dit que tu ne savait pas si tu partait ca a foutu notre w-e en l’aire (raison que j’ai bien comprise mais bon qd mm)
(C’était le weekend ou je suis parti en Ecosse… puis d’autres weekends, ainsi que le weekend du 4 décembre)
(11:59) julie : et ca me casse les pieds de ne te voir qd tu decide de venir ou qd tu en a envie j’ai l’impression que se que moi je ressent ne compte pas
(12:03) … : je n’ai jamais dit ca…
(12:05) julie : c’est ce que je ressent

(12:07) … : je ne sais pas quoi dire…
(12:08) … : ce n’est pas dans mon intention de te blesser
(12:09) julie : beh c’est rater pour cette foi bébé quand tu essaye de le faire tu y arrive pas et la c’est fait
(12:10) … : de quoi? te blesser?
(12:10) julie : oui
(12:12) julie : voila desolée mais c la réaliter

Pas de réponse de ma part pendant plus d’une demie heure… Puis…

(12:41) julie : ta r’çu mon sms
(12:43) … : oui
(12:43) julie : ce n’est pas pour te blessé c pour t’ouvrir les yeux
j’ai l’impression que tu ne te rend pas compte que tu a des gens autour de toi qui tienne a toi meme tres fort a toi
(13:29) julie : tu fait koi?
(13:29) … : j’écrivais quelque chose
(13:29) julie : ooo
(13:30) julie : tu me manque a fond ca me soul
(13:31) … : ca fait 2 jours que l’on s’est vu
(13:31) julie : je te manque pas que tu me dit ca?
(13:31) … : bien sur que si tu me manque
(13:32) julie : beh aors pourquoi tu a l’aire etonner quand je te dit que tu me manque?

Et puis plus rien… Elle n’a pas arrêté de m’envoyer des sms, à essayer de me téléphoner, me contacter sur MSN. Heureusement qu’elle n’a aucune idée d’où j’habite, sinon elle aurait débarqué, comme justement elle m’avait proposée pour ce samedi, elle voulait venir à Bruxelles… Je la contacterai probablement lundi pour lui annoncer que c’est fini…

C’est certes salaud de ma part, mais n’est-ce pas ce que je suis en fin de compte? UN SALAUD.

Pourquoi lui faire croire que je pourrai l’aimer, alors qu’il n’en est rien, apart mon respect et de l’estime je suis incapable de lui donner quoi que ce soit de plus. Je suis même incapable de lui faire l’amour/baiser tout court avec elle. Je risque surtout de la blesser en voulant rester avec elle juste pour avoir une compagnie (non pas une compagne, juste compagnie), alors autant la blesser une bonne fois pour toutes et lui dire que ca ne risque pas de marcher entre elle et moi. Lui raconter une connerie du genre qu’elle est trop jeune, ce qui est le cas d’ailleurs, même si elle est mature pour son age.

Je fais un coq à l’âne, tu as remarqué, j’ai retenu ça grâce à toi… Enfin en parlant d’age, je pensais à ce que tu m’as dit… Que tu voulais reprendre ta vie la où tu l’avais laissé il y a de cela 9 ans, avant de me rencontrer… J’ai envie de rire, oui juste rire sans me moquer de toi… Car bon, tu veux reprendre ta vie lorsque tu avais vingt ans, là tu en as trente… Crois-tu être vraiment capable d’être la même qu’il y a 10 ans? Tu vivais chez tes parents, tu étais étudiante, insouciante, pas de loyer à payer, pas de boulot, pas d’appart, pas de « bébés »… Je te laisse réfléchir à cela, même si je trouve ça drôle…

Est-ce peut-être pour ça que tu as décidé de me remplacer par un gamin de 20 ans aussi… En parlant de lui, il a l’air très viril couché dans le sable comme il est sur sa photo… Je ne sais pas si je dois me foutre de sa gueule ou lui acheter des bigoudis avec un bikini… Fais quand même gaffe à tes lotions, laque, brosses à cheveux et compagnie… Hahaha, putain, mais ou est-ce que tu as décidé d’aller le chercher et me remplacer avec…? Ok, je ne suis pas une armoire à glace, mais bon, j’ai l’air quand même plus homme que lui…

En parlant de cette photo justement, si seulement il y avait ce bouton « J’aime pas » sur Facebook, j’aurai adoré cliquer dessus… rien que parce que toi tu as cliqué « J’aime » dessus…

J’adore cette phrase, je ne vais pas te la traduire, je te laisserai le faire, mais elle est tellement de circonstance que je ne pouvais pas ne pas la mettre ici.

I imagine one of the reasons people cling to their hates so stubbornly is because they sense, once hate is gone, they will be forced to deal with pain.
James Baldwin

Je t’avais dit que j’avais commencé à lire, je lis d’ailleurs beaucoup maintenant, je m’étonne moi-même parfois… Tout comme j’ai lu « Le portrait de Dorian Gray » 3 fois de suite, j’ai lu et relu « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley… Je te le conseille, pas pour le côté science fiction de l’histoire, mais pour la manipulation, la propagande et le lavage de cerveau que doivent subir les habitants dès la naissance… dans leur éprouvette…

Je vais te mettre une phrase qui m’a choqué et en même temps fais réfléchir:  Chacun appartient à tous les autres.

Ce n’est qu’une petite phrase du livre, mais tu devrais le lire… Car tu vis dans un monde utopique, identique à celui du livre pour le moment…Tu serais un mélange de Lenina, Helmholtz et de Bernard… trois personnages du livre.

Lenina pour son ouverture d’esprit mais qui reste FORTEMENT manipulable… Bernard qui ne sait pas où se trouve exactement sa place et Helmholtz pour son tiraillement entre deux mondes et sa vrai place.

Et moi… j’aurai pu dire que j’étais le SAUVAGE mais non… ce serait un peu trop narcissique de ma part…

Je t’aime et tu me manques toujours autant si pas plus

Ton poussin…

Read Full Post »

Older Posts »