Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2010

Salut Bébé,

Nous sommes le 11 MAI… Il est 13h18… Je suis à Liège… seulement à quelques mètres de toi… de chez nous… et pourtant, ce n’est pas pour ça que je suis là… Pas que je n’aurai pas voulu, mais j’ai un rendez-vous et c’est uniquement pour cela que je suis ici… à la place du Marché…

Je suis « Au café du  Perron »… tu te souviens le café des lesbiennes où nous avions l’habitude d’aller les weekends ou les soirs lorsque nous voulions juste boire un verre sans avoir eu une dispute avant…

Si je suis dans ce café aujourd’hui, c’est tout d’abord pour ce rendez-vous… et deuxièmement car il y a quelques jours j’ai voulu reprendre mon portefeuille Louis Vuitton, car le portefeuille noir que j’ai actuellement s’est déchiré… et j’ai retrouvé dedans des tickets… des tickets de ce café « du Perron »… des tickets datés d’il y a exactement 1 an jour pour jour… OUI LE 11 MAI 2009… Et j’étais présent ici avec toi…

Je suis d’ailleurs assis à la exacte même table… et j’ai commandé exactement pareil que lorsque j’étais assis ici avec toi… une omelette espagnole (avec du chorizo) et une tongerlo blonde, toi tu avais bu un martini blanc.

Pour la date c’est une pure coïncidence, car ce rendez-vous était prévu bien avant que je retrouve ces tickets et donc j’ai donné rendez-vous à cette personne ici.

Cela fait bizarre d’être si près de toi et de ne pas pouvoir m’approcher de toi. De ne pas pouvoir te toucher tout simplement. Je considères ces tickets comme un petit trésor, mais surtout comme un signe… sinon comment et pourquoi j’aurai retrouvé ça un an après… et cette date choisie au hasard pour ce rendez-vous…?

Voilà pourquoi je continue d’y croire et je ne m’avoues pas vaincu.

Voici les tickets en question, je n’ai pas de scanner sous la main, mais ce sont bien ceux du 11 mai 2009.

2 Omelettes Espagnoles, 1 Martini Blanc, 1 Pineau des Charentes

2 Martini Blanc

1 Martini Blanc et 1 Tongerlo Blonde

Bien-sûr ce ne sont pas les seuls petits trésors que j’ai retrouvé…

Je n’ai jamais vraiment cru dans le destin, tu le sais, j’ai toujours été quelqu’un de pessimiste sur « La grande question sur la vie, l’univers et le reste »… ;o) Mais pourtant maintenant j’y crois… J’y crois dans la destinée… Tout est écrit… Pour quelqu’un de sceptique comme moi, dire cette phrase est difficile, et pourtant… Il y a toujours une raison derrière.

Je ne suis même pas passé devant l’immeuble, rien… juste gare du Palais, place du Marché, Café du Perron, Sart-Tilman et Bruxelles

___________________________________________________

Vendredi 14 mai

Il est 5h du matin, je viens de me réveiller en sursaut après un rêve… un rêve à propos de toi… enfin de toi, cette fois tu étais bien présente… Étant moitié réveillé, j’ai écris en vitesse une très longue note sur le Blackberry avec de simples mots afin de ne pas oublier ce rêve, le seul soucis c’est que maintenant que je le retranscris, certains mots n’ont aucun sens… et bien-sûr je ne me souviens pas exactement de la signification de ces mots .

Je ne sais pas qui est cette personne avec qui je suis au début, il me semble que c’est Fabrice, mon meilleur ami (de l’époque), j’ai écris les mots « expérience », « vent », « musée », « bouteille de coca », « jeu », mais j’ignore  e qu’ils veulent dire…

Je suis soudain à Liège, rue de G., notre rue… sauf que je ne sais pas où je suis exactement, la rue porte bien-sûr le même nom, mais tout est différent, il n’y a qu’un seul bâtiment et c’est le « NOTRE », mais il ne ressemble pas du tout à l’immeuble où nous vivions. Cela ressemble à des bureaux de l’extérieur, c’est un bâtiment qui fait le coin, et le rez de chaussée et la porte d’entrée ressemble à une entrée de magasin.

Je rentre quand-même et je vois dans le « lobby/hall » des plantes et des présentoirs, avec des dépliants, folders pour je ne sais quoi, comme dans la pharmacie de ta mère, mais tout le reste est vide, à côté de ces présentoirs se trouve une autre porte vitrée et des sonnettes sur le côté droit. Je regarde à travers cette porte, c’est un très très long couloir avec beaucoup de portes. Puis je regarde les sonnettes, il n’y en que 2…

La première sonnette porte comme nom « ROSETTE » écrit à la main et la deuxième est vide, je vois sur le côté gauche de la porte des boîtes à lettres, cette fois c’est le contraire, la première boîte n’a aucune inscription, aucun nom, par contre sur la deuxième, il est écrit « R. », ton nom.

J’en déduis donc que la deuxième sonnette est bien la tienne, alors je sonne… pas de réponse sur le parlophone, mais la porte s’ouvre quand-même.

Je ne suis pas sûr de rentrer mais je le fait… Le couloir est long, et comme j’ai dis il y a beaucoup de portes. La première porte est entre-ouverte, je pousse, ton frère est là, c’est comme s’il ne me voyait pas, il est occupé à je ne sais quoi… L’intérieur est complétement différent de mes souvenirs, je ne comprends pas pourtant l’adresse est la même, mais tout est si étrange… Je me dirige alors à gauche vers ce qui semble être la cuisine, bizarre il y a un lit, je reconnais les draps… c’est le lit sur lequel tu  es avec ce connard sur la photo de ton profil Facebook.

Je ne vois pas nos « Bébés » par contre, je dépose mon sac sur le lit, je l’ouvre, car je t’ai apporté quelque chose, dont une lettre, mais tout d’un coup je change d’avis et remets tout dans mon sac, ainsi que la lettre qui va avec. Je ne laisse sur le lit que ce que sera ma carte de visite.

Pourquoi j’ai fait ça… car il y a des papiers qui traînaient là, dont un cahier et j’ai  juste  vu un nom en bas de ce cahier… Lire ce nom me fait un effet très étrange… (Non ce n’est pas celui de TON TROU DU CUL)…

Enfin je reprends mon sac et vais m’asseoir cette fois dans ce qui semble être le salon, il y a une table à manger, une table ronde… Je m’installe dessus pour travailler sur mon affiche, je ne vois pas ce qu’il y a dessus.

Serait-ce pour ça que je suis venu te voir?

J’entends du bruit.

Oui c’est toi, tu viens de rentrer. Je me dirige vers ta voix…

Mais je te vois descendre à la cave. Je ne savais pas qu’on pouvait le faire de l’intérieur. Alors je reviens m’installer dans le salon pour finir cette affiche. Quelques minutes après, tu es remontée. Je range vite mes affaires car tu te diriges vers le salon pour venir me voir.

Mais moi j’ai peur de te voir, j’ai peur de te dire bonjour, car je veux te prendre dans mes bras et t’embrasser et non te faire juste la bise.

Ça y est je te vois, tu n’es plus qu’à quelques mètres de moi. Tu avances vers moi mais moi je m’arrête à 1 mètre de toi et je me mets sur le côté, refusant de te saluer.

Tu me regardes avec de gros yeux…

Je t’évite et me dirige vers la cuisine, ton frère est là, tu commences à lui parler de moi, tout en me regardant, je ne me souviens plus de la discussion, mais ce n’est pas mauvais, et pourtant je ne comprends rien, tu parles de moi mais ce n’est pas le même moi.

J’ai l’impression que ma tête va exploser, je ne sais pas où je suis.

Je sors en courant.

Je m’arrête devant la porte, ouvre mon sac, sors cette lettre, ainsi que toutes les copies…

Pourquoi j’ai autant de copies de la même lettre? Je ne sais pas non plus…

Je les mets toutes dans ta boîte.

Je suis dehors…

Mais ce n’est pas Liège, j’étais à Liège y a encore quelques instants… je suis encore devant le bâtiment, mais tout l’extérieur a changé, tout est différent.

Qui est cette fille qui rigole?

Elle me dit s’appeler Malika ou un prénom commençant par « M »…

Elle me dit aussi que toi (Daniella) tu n’aurais jamais du lui (elle) faire confiance…

Je ne comprends toujours pas…

De quoi elle me parle?

Où je suis bordel?

Elle rigole… encore et encore…

Je suis réveillé et en nage, je suis trempé de sueur…

Il est plus ou moins 5h du matin… je vais me chercher une serviette pour m’essuyer et en profite pour fumer une cigarette.

Il me reste encore du Whisky… Je vais finir la bouteille et retourner me coucher…

Je t’aime MON BEBE

Et où que tu sois, tu me manques toujours autant.

Ton Poussin.

2 Martini Blanc

Publicités

Read Full Post »

Salut Bébé,

Nous sommes le 4 mai aujourd’hui, je suis place Madou à attendre Mats, je me suis réveillé vers 8h ce qui est tard, car je suis sorti hier soir, j’y reviendrai à ceci plus tard, enfin réveil donc à 8h et sms à Mats pour lui dire que je serai là vers 10h, j’étais dans un état disons second au réveil, il fut horriblement difficile…

Passage à la salle de bain, douche, vêtements et puis 20 minutes de pause.

J’ai pris le bus 80 en direction de la Porte de Namur afin de descendre à Trône et prendre le métro… Le bus était à seulement un arrêt (Place du Luxembourg) de Trône et mon GSM qui a sonné. C’était Mats, il venait seulement de voir mon message et il était déjà parti faire autre chose, il m’a dit qu’on se verrait vers 12h… Que faire alors, descendre et reprendra un bus dans le sens inverse ou continuer…

J’ai opté pour la deuxième solution.

Et me voilà au « The Paddock » notre QG, je viens de finir de lire le journal et je me suis dit qu’au lieu de sortir le pc, autant sortir mon bloc de feuilles et écrire, c’est vraiment autre chose que de le faire sur le pc, les souvenirs sont beaucoup plus proches de la réalité, je ne saurais l’expliquer pourquoi.

Je suis donc ici depuis 10h30 et là il est 13h08, Mats m’a appelé il y a 20 minutes pour me dire qu’il serait en retard… Sans blague Mats…

J’avais commencé ma matinée avec du thé et depuis qu’il a appelé (20 minutes donc) au lieu du thé ou du coca que je buvais jusqu’à maintenant, je suis au Martini Blanc… et à mon troisième même…

|
|
|
|

Mais petit retour à Dimanche, le 2 mai, Jour 251…

Une fois que j’avais fini de taper cette 251ième journée, j’ai reconduit Louis chez sa mère, elle m’avait demandée de descendre à Halle plutôt qu’à Enghien, car elle était dans les environs.

Direction métro avec le Pokémon, puis gare Centrale, nous sommes arrivés en retard et avons bien-sûr raté le train d’un peu moins de 3 minutes. Attente d’une vingtaine de minutes pour le suivant et arrivée à Halle… Sa mère nous attendait sur le parking, enfin elle dormait en profitant du soleil. 5 minutes de discussion avec elle, bisous à Louis et nouvelle attente pour moi du train retour qui est seulement à 19h06, j’ai encore une demi-heure… DONC…

———————————————-

Petit coq à l’âne, enfin pas tant que ça… Lors du jour 251 je t’ai dit que Louis m’avait dit quelque chose le vendredi soir. Tu sais ce que c’était… Nous étions chez Yolanda, elle avait très envie de revoir Louis, et pendant que nous étions assis avec Yola, elle a du partir pour servir un autre client, Louis jouait avec mon Nokia, et j’ai reçu un sms de la part de sa mère sur mon autre GSM, au lieu de le lire à voix haute, j’ai donné le GSM à Louis, une fois qu’il l’a lu, il m’a rendu le GSM en le refermant, c’est à ce moment qu’il a vu ta photo comme fond d’écran et il m’a demandé…

– Papa, est-ce que Daniella te manque ?

– Oui Louis, elle me manque beaucoup, pourquoi ?

– Car elle me manque aussi beaucoup…

Je ne savais pas quoi lui répondre, j’avais vraiment plus de voix, je lui ai juste répondu, je te comprends Louis. (J’ai les larmes aux yeux, rien que de le réécrire, car ce sont vraiment SES MOTS à lui)

———————————————-

Donc… je suis à Halle, j’ai une demi-heure devant moi, que faire, tous les cafés des environs, dont celui de la gare sont fermés, je décide de marcher, j’en trouverai probablement un d’ouvert.

Bin voilà… un café/dancing bien flamingant, mais j’évite de montrer que je parle français (je suis quand-même à HALLE… BHV…) donc c’est en Anglais que je discute avec le barman, et ça se voit qu’il préfère que je parle anglais que français… Je commande un Martini Blanc et je discute sur MSN (sur mon GSM) avec Jeannette…

Jeannette, cette Norvégienne que j’ai rencontré lors de mon voyage en Suède… 32 ans, divorcée, 2 filles qui s’appellent Thea et Tiril (des anges, mignonnes comme tout), elle m’apprécie beaucoup, et a même des sentiments pour moi, je ne vais pas mentir, mais c’est réciproque, car on est exactement pareil, le même parcours à 90%, on parle beaucoup tard la nuit, par téléphone, par sms, par MSN, elle recherche la stabilité, moi aussi… MAIS… c’est toi que j’aime… et tu es celle que je souhaite le plus… et la voie que j’ai décidé d’entreprendre avec ce travail ne me permettra aucune stabilité…

Mon Nokia qui sonne (oui j’ai en ai enfait 3, un nouvel Blackberry pour le boulot, le Nokia pour les amis et les proches et la petite merde Samsung pour les connaissances et les personnes que je rencontre)… ah qui voilà… François… le Gay…

– Bonjour Monsieur le Ministre, cela fait longtemps que je n’ai pas eu de vos nouvelles… Encore en plein dans tes orgies de politiciens… ?

– Salut R. oui c’est cela fous-toi de moi… Que fais-tu ce soir « chéri » (oui il aime m’appeler comme ça, mais il a sa manière à lui) ? Il y a un petit vernissage dans le centre, cela te dirait d’y aller ?

– Oui pourquoi pas, c’est où ?

– Au P.… (c’est un bar Gay-friendly… non enfait c’est un bar très Gay), mais aussi d’autres cafés et bars dans le centre.

– Ok, on se retrouve là bas alors, je suppose.

– Oui dans plus ou moins une heure.

Train –> Gare Central –> cigarette –> P…

Je vais dire bonjour à Mehdi derrière le bar ainsi qu’à Pieters qui est assis dans un coin comme s’il était puni, il a l’air complètement dans les vaps… Oui je les connais maintenant et j’apprécie ces gens, leur vie sexuelle ne me regarde pas, mais ces gens sont gentils…

Fatima est là aussi…

Humm, je ne m’attendais pas à la revoir ici, elle…

Elle me fait de gros yeux… un  peu logique, je la comprends, on a couché ensemble et je ne l’ai jamais rappelé, mais ce soir elle est accompagné d’un autre mec donc elle évite le sujet et s’approche quand-même de moi pour me saluer. Mehdi me questionne sur mon absence pendant tout ce temps, je le lui explique… et tout d’un coup Alain vient vers moi, fais signe à Mehdi de me remettre une autre Carlsberg de sa part, me fait la bise et retourne s’asseoir… longue histoire avec Alain… Il m’avait dragué et je l’avais envoyé chier… mais comme il me l’a répété ce dimanche, il n’oublie jamais un beau visage…

Même venant de la part d’un gay, c’est assez touchant et agréable pour l’EGO.

Faut que j’aille à la toilette, petite pause pipi et dès que je remonte, c’est la foule… une cinquantaine de personnes dans un bistrot qui fait la moitié de notre cuisine à Liège.

Tant bien que mal, j’essaie de me frayer un chemin vers mon tabouret, il y a un petit gros qui a piqué ma place, ils sont tous là pour le vernissage bien-sûr. Je discute un peu avec deux des artistes et puis ils s’en vont vers un autre endroit pour continuer la visite.

Alain revient vers moi et nous entamons une discussion sur l’art… te rends-tu compte, le type a fait des études en biologie et chimie, a travaillé pour des grands laboratoires ainsi que d’autre sociétés dans le domaine et maintenant il travaille comme… CAMIONNEUR… boulot qu’il a accepté de faire par amour lorsqu’il a rencontré un mec… c’était il y a 16 ans apparemment…

Enfin la conversation dure environs 2h-2h30 et je vois rentrer une fille gothique, percée, tatouée mais très très jolie… elle vient pour l’expo.

Vu la taille de l’endroit, il ne lui en faut pas beaucoup de temps pour faire le tour, alors elle s’installe à une table et commande un Bailey’s.

Elle boit un peu et sort un paquet de cigarettes et cherche son briquet, avant qu’elle n’ait pu le demander autour d’elle, je me jette à ses genoux (un joli saut…), allume le briquet et le dirige vers sa cigarette.

Elle est très surprise, en même temps qui ne le serait pas lorsqu’on voit quelqu’un sauter devant soi littéralement, elle me lance alors un très beau sourire et me remercie.

Pendant ce temps Alain est retourné vers sa proie de la soirée et Fatima qui ne m’avait pas adressée la parole depuis le début de la soirée profite du fait que son mec est allé à la toilette pour me faire passer un interrogatoire.

– Je peux savoir où tu étais et pourquoi depuis 1 mois et demi que l’on s’est vu et qu’on a couché ensemble, tu n’as pas eu le cran de me recontacter?

– EUH… !!! Désolé…

– C’est tout ce que tu arrives à dire?

– Oui… car j’étais assez occupé et j’ai aussi perdu mon GSM dont ton numéro.

Elle n’a pas le temps de dire autre chose, son copain est revenu, elle prend juste un sous-verre, note son prénom et son numéro et me le donne.

Hummm… Je la rappellerai quand je serai en manque… Bin quoi… Je suis un salaud, non?

La fille « gothique » a entendu tout de cette mini-conversation et se rend compte que je ne suis pas GAY alors elle me fait signe de la joindre à sa table.

Alexia… 22 ans, étudiante en Arts…

Vers 1h du matin, elle me demande si cela m’intéresserait de l’accompagner chez elle…

HUMMM… une fille aussi jolie et sexy, gothique de surcroît dans le style Suicide-Girls (te souviens-tu qu’on était tous les deux fans) me propose une nuit chez elle… Je doute que je vais refuser, sinon autant devenir moine.

Elle paie d’abord et quand vient mon tour de payer, Mehdi me fait un gigantesque sourire et me donne avec le reste de la monnaie… un préservatif…

Direction Rue Antoine Dansaert, l’appart d’Alexia.

Nous avons fait l’amour et… et… et… Elle est effectivement percée de partout… Ce fut en tout cas, très agréable… La petite est douée… Sans rentrer dans les détails, j’ai eu droit à une des meilleures pipes autres que les tiennes…

Je ne l’ai quitté que le lendemain matin… et pendant tout ce temps, jamais je n’ai entendu ou vu François… probablement bourré à une réception…

Ah oui… la capote n’a pas servie non plus…

———————————————-

Nous sommes le lundi 3 mai, je dois retourner à Ciney aujourd’hui.

Vers 9H30, Mats m’appelle pour savoir à quelle heure je serai là… Je lui réponds 12h, je dois faire autre chose avant.

14h… Je suis toujours à Bruxelles dans le lit… faut dire que je n’ai pas eu beaucoup de sommeil la veille.

Nouvel appel de Mats…

– R., il est plus de 14h, tu es où… ?

– A Bruxelles, je bois un thé d’abord et puis je prendrai le train suivant…

– Bin écoutes, finalement je dois venir à Bruxelles car j’ai un rendez-vous dans la soirée, donc vas y à la place Madou et on se retrouve là, on partira ce soir.

– OK… (avec un grand sourire…)

Place Madou, Mats, son rendez-vous, moment glandage… je vais zapper le reste de la journée et arriver au moment les plus intéressants.

Je rappelle quand même Mats pour savoir comment on s’arrange, il est encore occupé, donc je lui dit qu’on se verra demain matin, et en profiter pour aller voir Bernard pour les voitures.

La suite… Bientôt…

Tu me manques et je t’aime mon Bébé.

Ton Poussin.

Read Full Post »

Salut Mon Bébé,

Quasi un mois pile-poil que je n’ai rien écrit sur le blog, pourtant… oui pourtant, mon petit carnet est rempli, ainsi que mon gsm avec les enregistrements audio et vidéo sans oublier les photos que j’ai fait dans le courant de ce mois.

Mais malheureusement du à un manque de temps, je n’ai pas pu poster le moindre article, sans parler des photos, audio et vidéos bien-sûr…

Oui j’avais le temps de l’écrire dans mon carnet dès que l’occasion se présentait, et pour ce qui est des fichiers audio et vidéo, c’était justement lors des moments où je ne souhaitais pas être assis en face d’un ordinateur, cela pouvait être à tout moment de la journée… et parfois par fainéantise je ne souhaitais pas sortir mon carnet de ma poche pour pouvoir fumer ma cigarette de la main gauche pendant que ma main droite tenait la tasse de thé, ou un verre rempli d’un liquide douteux ou alcoolisé…

Nous sommes le samedi 17 avril aujourd’hui… Bien-sûr il s’en est passé des choses pendant ce mois, mais je n’aurai pas le temps de tout retranscrire ce soir, car Milena, Christan et Tomasz (que des Polonais) m’ont invité en boîte de nuit… Milena a envie de danser ce soir, mais aussi parce que l’entrée est gratuite… c’est une boîte qui s’appelle O-zone ou Ozone en un seul mot qui se trouve à Ohey, quelque part dans la région apparemment, oui je n’ai pas la moindre idée de l’endroit ou cela se trouve exactement.

Enfin, j’y reviendrai sur ce sujet plus tard… Comme je t’ai dit je n’aurai pas le temps de tout retranscrire ce soir, alors ce que je vais faire c’est de te parler de mes journées depuis ce jeudi 15 avril.

Ma journée de jeudi a commencée à Ciney bien-sûr… avec un réveil en fanfare… car j’ai fait un rêve des plus bizarres… et que bien-sûr je n’ai pas apprécié…

De quoi j’ai rêvé… DE TOI… sans toi… à aucun moment tu n’étais présente dans ce rêve… mais il ne s’agissait que de toi.

Tu sais bien que je me souviens rarement de mes rêves… alors pardonnes-moi si j’oublie un détail ou si je le raconte mal… Disons que je ne me souviens pas du tout du début… tout ce que je me souviens c’est que je DOIS absolument te voir… et je suis dans notre rue avec deux autres personnes qui m’accompagnent, une fille et un mec, la fille est jeune (plus ou moins 20-25 ans), mais par contre le mec, j’ai du mal à situer son age, dans mes souvenirs, parfois il est jeune un peu près le même age que la fille, et parfois il est vieux… un senior… je ne sais pas expliquer cette différence… car je ne vois pas du tout qui est cette personne, enfin je ne m’en souviens pas… c’est différent…

Enfin je continue… donc… je suis avec ces deux personnes dans notre rue, la rue de G. et je monte en direction de notre appartement, arrivé devant la porte, je suis surpris… car il n’y a plus qu’une seule sonnette… Oui une seule et unique à la place des 10 qui se trouvent là en temps normal… et il n’y a qu’un seul nom sur cette sonnette… ce n’est pas le tien, mais je sonne quand même afin d’en savoir plus sur les raisons concernant la disparition de ces sonnettes…

Personne…

Hummmm que faire alors…?

Je regarde ces 2 personnes qui m’accompagnent et ils me disent de t’appeler…

Même dans un rêve jamais je n’aurai pas du les écouter… car cela m’a fait un mal fou…

J’appelle une première fois, ça sonne et puis je tombe sur la messagerie…

Message d’accueil pareil que celui que tu as actuellement…

Deuxième essai… ça sonne et je tombe de nouveau sur ta messagerie…

Mais cette fois le message d’accueil est différent, c’est impossible que tu ais pu le changer en aussi peu de temps… mais je l’écoute avec attention… tu parles de quelque chose que je ne comprends pas…

Troisième essai… Message de nouveau différent… cette fois, tu dis que tu as déménagé et tu donnes même le nom de la rue…

Quatrième essai… encore quelque chose de nouveau…

Cinquième… JE SUIS AVEC MON  MARI A « TEL » ENDROIT…

– QUOI??? MARI??? Vous arrivez à croire à cela… Elle s’est mariée???

– Tu es sûr R. qu’elle n’a pas dit qu’elle était avec « UNE MARIE » à la place…

– J’en sais rien… je vais rappeler pour réécouter le message alors.

Sixième essai… afin de réécouter le dernier message d’accueil…

LE SILENCE… voilà ce que j’ai eu… Mais ne m’avouant pas vaincu, je rappelle et j’ai un nouveau message d’accueil qui m’indique cette fois le nom de la rue (comme dans le 3ième message) mais ainsi que la couleur de la porte… BLANCHE… Ouais ça va m’aider beaucoup tiens…

Je coupe le gsm et me retourne vers mes 2 compagnons de voyage… ils me demandent ce que je compte faire…

– Je vais aller la voir…

-R. Tu ne connais que le nom de la rue, et tu sais que cette rue est très grande, tu ne la trouveras jamais de cette manière…

– Je sais… Je le sais…

– Alors pourquoi?

– Parce qu’il le faut… et je ferai du porte à porte, je sonnerai à toutes les portes dans cette rue et je la retrouverai… Il le faut… Je dois la voir…

Ils ne sont pas d’accord mais acceptent quand même…

Et on se met en route…

On est dans ta rue (celle du message)… tout au début et il y a déjà pas mal de portes blanches…

Et…  je me suis réveillé…

Oui je me suis réveillé Bébé… j’ignore réellement ce qu’il en est actuellement, on se rapproche d’une année complète… Une année complète pendant laquelle je n’ai pas pu te tenir dans les bras, t’embrasser, te voir comme j’aurai du et pendant ce temps j’ai l’impression que tu m’as complétement oubliée… Pas seulement moi, mais nos 9 ans de vie de couple (même avec tous les hauts et les bas…)

Enfin, enfin… je me suis réveillé… il devait être aux environs de 5h du matin, alors je suis descendu à la cuisine pour me faire un thé et fumer… dehors… dans le froid… à observer les canards…

Je me suis refait un autre thé et je suis remonté dans ma chambre.

——————————————————

Je me permet de faire une petite pause… ou plutôt un coq à l’âne… car je ne sais pas ce qui m’a pris aujourd’hui, mais j’ai téléchargé les chansons de « Underdog Project »… dont le fameux « Summer Jam » 2003 ou 2004, je ne me souviens plus exactement. Mais il y a une raison particulière pour laquelle je te parle de cette chanson…

Tu devrais l’écouter… car avant et même après que je fasse cette connerie avec Ania… je lui ai parlé de toi en évoquant cette chanson…

——————————————————-

Une fois remonté dans ma chambre, je suis resté dans le lit, car je devais aller au Ikea avec Mats ainsi que partir à Bruxelles pour visiter l’appart qu’il a acheté et rénové à la place Madou. Très joli appartement, au dixième étage, le dernier. La vue est magnifique… une vue à 270° sur tout Bruxelles avec de grandes fenêtres partout… c’est vraiment génial surtout depuis la chambre à coucher quand le soleil doit les réveiller… Enfin je me suis fait de nouveaux amis « Suédois » encore… Les ouvriers de Mats qui travaillent dans le bâtiment derrière, encore un gigantesque immeuble à appartement. J’étais entouré de Suédois en plein Bruxelles et pas un ne parle le français.

——————————————————-

Je fais de nouveau un coq à l’âne… J’écoute l’album de The Prodigy – Invaders must die… Quel son magnifique… Rien que le premier titre dont est tiré le nom de l’album… Magnifique…

J’écoute l’album en boucle…

Oh Putain, les 3 premiers titres sont… PRODIGIEUX… Enfin « The Prodigy » que j’ai connu il y a 10 ans…

——————————————————-

Nous sommes au Ikea de Zaventem… bon je ne sais pas si je dois le dire ou pas, mais le cliché concernant les blondes est peut-être vrai en fin de compte… Mats fait ses courses, des ustensiles de cuisines… c’est comme si les suédois ne peuvent vraiment pas vivre sans un Ikea… Moi pendant ce temps… bin je me fais chier… alors je me mets contre une table et je regarde le monde faisant leurs courses… Je suis dans le rayon cuisines… je sors mon carnet et commence à prendre des notes… à ce moment là, trois personnes arrivent dans le rayon, un couple et une autre fille… la blonde en question. Il y a un présentoir bien en évidence rempli de « passoires » avec un panneau gigantesque qui pend pile poil au dessus avec écrit dessus « PASSOIRE modèle je ne sais quoi… » en GRAND… mais il y a aussi un autre panneau,plus petit cette fois entre les passoires… avec la même inscription…

Je regarde le couple passer devant moi et je vois que la blonde s’arrête devant les passoires, les observe, réfléchit, les observe de nouveau et en prend un dans ses mains, le soulève, le retourne dans tous les sens et soudain elle demande au couple…

– « C’est quoi ça? »

Dès qu’elle dit ça, elle lève sa tête, me voit en train de l’observer mais elle est toujours aussi intriguée par cet objet… et comme elle voit que personne ne lui répond, elle le dépose et continue son chemin…

J’ai eu envie de lui répondre: « C’EST UN CHAPEAU POUR LES JOURS DE PLUIE »… et j’ai éclaté de rire… je crois bien qu’elle m’a entendu, elle n’était pas la seule d’ailleurs.

Enfin une fois que Mats a fini ses courses au Ikea, nous nous sommes remis en route vers l’appart Place Madou, arrivé là bas, Neta nous attendait devant le pied de l’immeuble pour prendre les sacs, chose qu’elle et Mats ont fait, Mats m’a laissé les clés de la Touareg (quelle voiture… j’en suis amoureux) car moi je devais aller autre part avec Andy et son ouvrier (les Suédois)… Ils montent dans la voiture, je suis au volant, je leur demande d’allumer le gps car il est en suédois et leur indique le nom de la rue…

– Moins de 2 kilomètres… hummm… on est des feignasses les gars…

On a quand même pris la voiture et direction l’endroit où on doit y aller…

– Je crois qu’on est en retard les gars, ils sont fermés… on est deux minutes trop tard…

J’en avais marre de la journée, donc j’ai donné les clés de la voiture à Andy pour qu’il aille les rendre à Mats dans son appart et direction…  « The Paddock »… Notre quartier général…, après le boulot à chaque fois qu’on est à Bruxelles.

Puis dîner… et retour chez ma mère.

——————————————————-

Nous sommes aujourd’hui le Dimanche 2 mai… Il s’est passé beaucoup de choses entre le 17 avril et aujourd’hui, mais ce sera pour une autre fois.

J’ai passé le weekend avec Louis… Hier nous sommes  allés au cinéma, voir Dragons en 3D et puis aussi Alice toujours en 3D… Journée Ciné en quelque chose sorte puis visite de Mini-Europe et l’Atomium…

J’ai pris des notes de quelque chose qu’il m’a dit ce vendredi soir lorsqu’on est allé dire bonjour à Yolanda… Je le mettrai en ligne dans le prochain article avec le reste des détails car là il faut je me prépare et que je le prépare aussi pour aller le reconduire chez sa mère, mais aussi parce que j’ai mal… j’ai très mal au coeur… ce n’est pas une douleur physique, non… J’ai juste vu que tu as mis à jour ta photo de profil Facebook… Honnêtement, c’est très douloureux…

Ferdinand Foch a dit:

Accepter l’idée d’une défaite, c’est être vaincu.

Mais j’aime encore mieux la phrase d’Hemingway:

Un homme, ça peut-être détruit, mais pas vaincu.

Et tu sais quoi… Je ne m’avouerai pas vaincu… non pas encore… pas par ce PD… Je suis certes détruit émotionnellement, mais je deviens aussi de plus en plus fort de jour en jour… j’ai de nouveau ce courage, cette hargne que j’avais auparavant… J’ai une sorte d’autorité, une domination sur les gens, sans les manipuler de quelque manière…

Les gens que je rencontre maintenant le voient dans mes yeux… Encore hier, quelqu’un avec qui je parlais économie et crise politique au restaurant de Yolanda m’a dit:

– On voit que tu serais capable de détruire n’importe qui se mettant au travers de ta route pour arriver à tes fins…

Ce à quoi j’ai répondu:

– Oui, sans hésitation.

– Tu iras en enfer. (cette personne mélange souvent boulot et religion)

– J’emmènerai quelques personnes avec moi alors…

Tu vois Mats a réussi à me redonner confiance en moi, cette motivation que je n’avais plus… Il me parle comme un père le ferait.

Je vais travailler avec des millions, voyager à travers le monde, à la fin du mois déjà je serai en Norvège. Et dans un mois et demi je pars pour la Mozambique… Afin de tester en plein milieu de l’océan Indien et à une profondeur de 1200 mètres une petite invention qui… si tout va bien changera à jamais ma vie… Et me permettra de gagner disons minimum 2500€ et ceci par jour… Bon ce sera pas avant quelques mois bien-sûr, mais bon…j’arriverai.

Oui les idées sont grandes, mais parfois vaut mieux les mettre en pratique que de les laisser prendre poussière dans le cerveau…

Je t’avais promis un changement… Je t’avais dit que je changerai, que je serai un autre homme…

Je le serai, les changements sont là… visible déjà physiquement et moralement je suis dans la bonne direction.

Yolanda m’appelle déjà « le Prince » en plus de me présenter comme son fils adoptif, j’aime ce mot « Prince »…

Le monde m’appartiendra… Je ferai tout pour y arriver…

Et tu sais quoi… Mon amour pour toi grandit aussi tous les jours… il est aussi de plus en plus fort… Que tu mettes cette photo ne changera strictement rien… Je ne serai pas VAINCU !!!

Tu me manques toujours autant…

Et je t’aime encore plus…

Ton Poussin.

Read Full Post »