Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘westmalle’

Salut Bébé,

Bin voilà, il est 10h15 tout de suite, je suis réveillé depuis 7h du matin pour la convocation au commissariat.

J’avais rendez-vous à 8h30, donc je me suis préparé et puis je suis sorti vers 8h en me disant que j’allais m’arrêter au café de Georges pour boire une tasse de thé, mais il était encore fermé alors que faire… Donc je me suis quand même dirigé vers le commissariat et j’ai allumé une cigarette. Vu qu’il y avait pas mal de monde au guichet, je suis resté fumer ma cigarette dehors… et à papoter avec un des policiers qui fumait aussi. C’était une discussion philosophique sur l’interdiction du tabac dans les restaurants et très bientôt même dans les cafés.

Et une fois ma cigarette terminée, je suis quand même rentré, j’attendais mon tour derrière les gens, mais comme la personne au guichet a vu que j’avais un joli papier blanc en main, elle m’a directement appelée et a contacté le service concerné…

Résultat, je dois retourner le 2 mars car la personne avec qui j’avais l’entretien est en maladie…

Bon ok… que faire alors… en plus il pleut et je n’ai pas envie de retourner à la maison maintenant.

Direction Place Jourdan pour mon thé préparé avec beaucoup d’amour par ma petite Mona… une jolie petite pépette italienne, j’ai bu 3 thés et un coca, pas eu envie de partir car il pleuvait (il pleut toujours d’ailleurs) très fort et en plus d’être très agréable à regarder et pas seulement pour son derrière, j’aime parler avec Mona.

Après ça j’ai quand même décidé de bouger car il fallait que je te raconte ma soirée d’hier, donc direction le cyber-café mais avant direction la librairie pour développer mon cancer…

Et j’y suis… Donc hier après-midi une fois que j’ai fini d’écrire la journée 184, je me suis dirigé vers la place Jourdan et je suis bien-sûr au même café que ce matin, je ne connais pas le nom de la serveuse qui travaille là l’après-midi, mais c’est une russe ou une ukrainienne, enfin soit…

Je buvais ma Westmalle triple tranquillement quand soudain mon gsm a sonné, j’ai regardé et c’est François (le gay au cas où tu l’aurais oublié) qui m’appelait…

F: R., tu fais quoi ce soir?
M: Rien de particulier… Waarom?
F: Ca te dirait de venir avec moi à une inauguration?
M: Inauguration? Inauguration de quoi?
F: Une inauguration d’une expo au CIVA (Centre International pour la Ville, l’Architecture et le Paysage).
M: Oui pourquoi pas…
F: Mais saches qu’il y a du beau monde… Il y aura Fadila Laanan, la ministre de la culture, la ministre espagnole du logement et d’autres personnes…
M: Ok, ok… Donc vaut mieux que je retourne me changer et me raser alors.
F: Oui vaut mieux, retrouves moi à la Place Flagey vers 18h30, l’expo est à 19h et comme c’est moi qui ai l’invitation, il faut que l’on se voit avant.
M: Ok… Adtaleur.

Il devait être aux environs de 17h30 quand il m’a sonné, donc j’ai bu mon verre à mon aise et vers 17h50 direction la maison pour m’habiller et me raser.

Arrivé à la maison, j’ai regardé pour ce que j’allais mettre, j’avais le choix entre un des costumes ou bien un pantalon classique et un pull.

J’ai opté pour le costume… le costume à rayures et je me suis vite rasé… avec au passage quelques coupures.

J’ai regardé l’heure et je me suis rendu compte qu’il était 18h15, bon pas le choix, je vais appeler un taxi.

J’appelle donc un taxi et quand j’ai finalement le dispatching, je lui demande un taxi en lui donnant le nom et l’adresse…

– Bien Monsieur, le taxi sera là dans plus ou moins une heure…
– UNE HEURE??? Vous vous fichez de moi, j’appelerai pas un taxi si je voulais attendre une heure.
– Oui mais vous savez, à cause du temps et l’heure on a pas de voiture disponible.
– Ecoutez, merci mais laissez tomber.

Ohhhh crotte… bon je vais prendre le tram, au moins il me dépose directement place Flagey. J’ai couru vers l’arrêt du tram habillé à moitié, la chemise pas fermée, la cravate dans une main…

Il pleut en plus… enfin j’arrive à l’arrêt et je vois qu’il y a encore du monde, c’est que le tram n’est pas encore passé. J’appelle vite François pour lui annoncer que je prends le tram et j’aurai un peu de retard.

François me dit de ne pas m’inquiéter, car l’expo ne commence qu’à 19h.

Le tram arrive, je vois qu’il est bondé, je monte, achète un billet et demande à une personne de pointer mon ticket. Et là mon gsm qui sonne avec une sonnerie que je connais pas…

Appel MSN??? Qu’est-ce que c’est que cette merde? ET qui c’est Chiari-Casa quelque chose?

Ah bin tiens, j’avais oublié de fermer le programme sur mon gsm, mais ça ne me dis toujours pas qui c’est? Cette personne n’est pas dans ma liste de contacts en plus.

Bon faut répondre, même si je déteste parler dans les transports en commun.

– Allo?

Pas de réponse, donc je coupe.

Ca sonne de nouveau…

– Allo?

De nouveau pas de réponse.

Une troisième fois, alors je réponds en anglais.

– Hi… Is anyone there?

– Hi…(bon c’est une femme apparemment, mais avec un accent francophone)

– Ah tu parles français… Salut… Qui es-tu?

– Ahaaa… Tu ne sais pas?

– NONNNN, je ne vois pas.

– Devines!!!

Comme je ne reconnais pas la voix et qu’en plus il y a trop de monde dans le tram et que les gens veulent toujours écouter ta conversation dans les transports en commun, je réponds à cette personne.

– Ecoutes… Je suis désolé, mais je ne vois pas du tout qui tu es, mais en plus je suis dans le tram et j’ai un rendez-vous, donc je ne peux pas te parler, rappelles moi une autre fois.

Et j’ai coupé le programme, sans attendre de réponse.

Le tram est arrivé place Flagey et je me suis dirigé vers le café où François et moi s’étions donné rendez-vous. J’ai regardé à travers la vitre si je ne le voyais pas, le café est assez grand… très grand même. Bon je ne le vois, alors je l’ai appelé, il était en chemin. Donc je lui ai dit que je l’attendais dehors, vu que de toute façon à l’intérieur on ne peut pas fumer.

J’ai eu le temps de fumer au moins 3 cigarettes et toujours pas de signe de François, finalement une voiture s’arrête devant et je vois François sortir et se diriger directement vers le café, comme s’il ne m’avait pas vu… Mais il me fait signe avec ses yeux de le suivre…

Hummmm… OKKKK

Et je le vois se mettre directement au bar entrain de mater le serveur.

– Dis François… tu me nies?
– Mais non, mais c’était mon copain qui m’a conduit, et il est jaloux.
– Ouiiiiiii mais ce n’est pas comme si je sortais avec toi… et cela m’étonnerait fort…
– Oh cava hein… Pour me faire pardonner, je t’offre un verre. Que veux-tu boire?
– Martini Blanc pour moi.

Et François lui s’est pris un Whisky… Et quand je suis sur le point de trinquer, il me dit.

– Non attends, j’attends mon coca.
– Mais t’as pas commandé de coca.

Je rappelle le serveur et lui commande un coca en plus.

François n’a même eu le temps de finir sa première gorgée que mon verre était déjà vide. Alors j’ai commandé un deuxième. Mais comme c’est des petits verres et qu’ils mettent une tonne de glacons, tu bois ça à une vitesse… Surtout pour le prix… c’est déconner.

Alors je dis à François que je vais en commander un autre, il me réponds.

– Non, on aura pas le temps…
– François, il est déjà 19h10 et tu n’es pas même pas à la moitié de ton verre.

Enfin j’ai commandé mon troisème verre… sans glaçons cette fois et j’ai demandé à François de vite finir son verre. Chose qu’il a fait et nous sommes sortis de là.

Une fois dehors, François qui regarde en l’air pour se rappeler ou cela se trouve. Je veux sortir mon gsm pour regarder sur le gps, mais il me dit de ne pas le faire car il sait TRES BIEN où cela se trouve…

– Ok François, pas de problème. Je te suis.

Je me suis allumé une cigarette et on a marché, 200 mètres plus loin, il est de nouveau perdu et décide de rentrer dans un café pour demander son chemin. Il ressort et on prend une autre rue.

Cette fois 100 mètres plus loin, il rentre dans un night-shop pour demander le chemin. Pendant qu’il fait ça, je sors mon gsm, tape l’adresse dans le gps et il me sort le chemin…

Enfait c’était carrément de l’autre côté de la place Flagey que nous devions aller et non le chemin que François voulait prendre.

Il ressort du night-shop et me dit de le suivre… de nouveau dans la mauvaise direction.

– Bon François, ne le prends pas mal, mais fais confiance au petit vieux que je suis et dans la technologie et SUIS-MOI plutôt.
– Mais non, je me souviens, c’est de ce côté.
– Non François, regarde sur le gps, c’est de l’autre côté.

Il est hésitant mais accepte quand même… Sur le chemin il continue de me dire que ce n’est pas la bonne direction.

On monte la chaussée d’Ixelles et nous voilà au coin de la rue de l’Ermitage…

– Bon OK, tu avais raison.
– Merci François.

Un peu plus loin, la rue de l’Ermitage se sépare en deux, et de nouveau François qui me dit qu’on sait perdu. Mais bon, je l’oblige à me suivre et nous sommes de nouveau dans la bonne rue, à un certain moment je  lui dit de traverser la rue, car nous sommes du côté des nombres paires et que le centre se trouve au numéro 55.

Ca y est… Nous sommes au centre, et je vois qu’il y a déjà du monde dans le lobby et que le discours a déjà bien commencé… un peu normal… Il était 19h30. A ce propos, voici l’expo en question http://www.civa.be/sub/01.asp

Enfin, on se joint au reste du monde et on écoute le discours et c’est là que la personne derrière le micro laisse sa place à la Ministre du Logement Espagnole…

WOWWWW… François… C’est elle la ministre?
– Je suppose oui…
– Bin elle est superbe… oui toi t’en fous, t’es PD comme un phoque mais je te le dis quand-même elle est vraiment très jolie.

Et honnêtement Bébé, faut dire ce qui est, elle est vraiment très jolie. 41 ans d’après sa page Wikipedia, mais elle n’y paraît pas du tout. J’ai vraiment cru pendant la soirée lorsque j’ai parlé avec qu’elle avait 28-30 ans…

Enfin, voici le lien vers sa page Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Beatriz_Corredor et je mets quand-même une photo d’elle.

Enfin, elle a fait son discours… en espagnole… Et heureusement qu’il y avait des sous-titres… Oui il y avait la traduction de son discours sur l’écran à côté d’elle.

Et après, ce fut le tour de notre Ministre de la Culture…. Ouaissss Bof, enfin pas niveau discours, mais passer après une si jolie femme que Beatriz… ;o)

Enfin, après le discours, on nous a souhaité une bonne visite et les 2 ministres sont montées. Moi et François avons visité l’expo, et je dois dire que comme j’ai quand même fait l’art, cela m’a bien plu. Enfin pendant la visite, François a eu une petite soif, donc direction le BAR… et Champagne…

Et une fois au bar bien-sûr François n’avait plus envie de visiter le reste de l’expo… Enfait il ne voulait pas rater Fadila Laanan, car c’est elle qui l’avait invité apparemment.

Enfin nous sommes entrain de boire et on parle, on parle avec d’autres personnes et puis Fadila et la ministre espagnole descendent enfin. Donc François se dirige vers elles et me dit de le suivre. On se salue et on parle un peu… Je suis vraiment tombé sous le charme de Beatriz… Quelle femme… et très élegante en plus…

Enfin, à un certain moment j’ai envie d’une cigarette, donc je sors fumer. François sors aussi quelques minutes plus tard et me demande si je veux rester ou pas, car lui il veut partir.

Je lui dit de m’attendre, je vais aller chercher mon manteau au vestiare et j’arrive. En chemin, enfin en chemin, ce n’est pas comme si je devais parcourir 200-300 mètres, non juste 10 mètres mais il faut réussir à passer avec tout ce monde quelqu’un m’arrête, c’est une femme… dont j’ai totalement oublié le nom… mais que j’avais déjà rencontré au parlement. Elle a 50-55 ans passé, mais bien conservée… Je n’ai pas chercher à comprendre pourquoi elle m’avait arrêtée, car je le savais, François m’avait déjà dit la dernière fois qu’elle voulait tout savoir sur moi… Mais bon… moi je n’étais pas intéressé, mais par politesse je reste pour parler avec…

François ne me voyant pas sortir, revient et me demande encore si je veux rester, je lui réponds, non, j’arrive… et je vais chercher mon manteau.

On sort de là et nous descendons la rue vers l’avenue Louise. En chemin, je demande à François ce qu’il veut faire, car moi j’ai faim et à la rigueur on peut aller à un des restos place du Chatelain.

Lui il n’a pas trop faim, alors que faire… je n’ai pas envie d’aller en ville, alors je lui propose qu’on aille dans un café que je connais (de l’époque Gérard) sur la chaussée de Vleurgat.

Nous rentrons et buvons un verre. Et on parle, enfin je parle de toi… en disant bien-sûr que tu me manques beaucoup et même de certains évènements.

Et puis je vois que François a déjà bien bu et impossible pour lui de marcher ou de prendre le tram jusqu’à chez lui, alors je demande au patron du café d’appeler un taxi.

5 minutes plus tard, le taxi est là, et j’aide François à monter dedans, je demande au chauffer combien cela va coûter jusqu’à chez François, il me réponds, moins de 10 euros. Alors je donne un billet de 10 euros au chauffeur et lui donne son adresse.

Moi je reste au café à côté d’OPI… le chat de la mère du Patron, il est terrible ce chat, très joueur et je pense à nos Bébés… Je parle avec la mère d’elles justement pendant qu’Opi essaye de me bouffer les doigts et je lui montre les photos des petites et même de toi. Je me sers un verre de Whisky et une fois mon verre terminé, je me mets en route vers l’avenue Louise pour prendre mon tram retour. Le tram n’arrivant toujours pas, je vois le bus 54 (te souviens-tu du bus 54… celui qu’on prenait régulièrement pour aller CHEZ NOUS) arriver, alors je monte dedans avec l’idée de prendre le bus 80 jusqu’à la maison.

Arrivé porte de Namur, j’ai une petite faim, surtout que le bus s’arrête devant un Hector-Chicken… mais il est fermé… bon… j’ai une envie de poulet… mais je ne veux pas du tout de Pitta ou autre… Que manger? Quel dilemme hein…?

Bon va pour le Quick alors… ils sont sur le point de fermer… Plus de Chicken…

AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH…

Bon bin mettez moi un menu… Giant tiens… et je vais aussi prendre des ailes de poulets…

Je m’installe près de la vitrine et il y a un type qui vient s’installer à côté de moi… il n’a pas eu non plus ce qu’il voulait alors on parle… en Anglais… car il est Danois, il est en stage à l’Union Européenne et cela fait juste 3 semaines qu’il est Belgique, on parle de tout en mangeant, de ma soirée et même de toi…

Et puis il doit rentrer et moi aussi, je n’ai pas envie de tarder, direction le bus et mes ailes de poulets en poche… je n’ai pas eu le temps de les manger… je les grignotes sur le chemin… et même dans le bus…

Arrivé ici, petit passage par chez Fadil pour un dernier verre et au lit…

Voilà ma petit soirée d’hier Bébé, là il est 12h05, cela fait 2h que je suis au cyber-café et mon cul commence à me faire mal, donc je vais arrêter pour aujourd’hui et aller voir pour un pc. Et en plus j’ai envie de marcher aujourd’hui… sous la pluie… Je me sens AMOUREUX (de toi of course) et MELANCOLIQUE…

Tu me manques et je t’aime comme un fou…

Ton abruti de Poussin

Publicités

Read Full Post »

Salut Bébé,

Ça y est ce fichu Noël est passé… le premier sans toi… depuis 9 ans… je l’ai passé seul… à boire justement… je suis allé en ville dans l’après-midi, j’ai marché pas mal et puis je suis allé au sablon, je suis rentré dans une église, juste comme ça par curiosité… et puis je suis descendu vers un café. Il était bondé, mais il y a une personne qui m’a laissé un tabouret bien gentiment… J’ai commencé la journée avec une Westmalle Triple, elle ne m’a pas du tout goutée… Alors j’ai commandé une Leffe Blonde… hummm la même chose, je me disais mais merde qu’est-ce qui se passe?

Pourquoi elles ne me goutent pas comme elles devraient le faire? Mais j’ai continué…

La personne qui m’avait laissé le tabouret est revenue entre temps, un mec… PD à fond (c’est son propre terme), et d’ailleurs il ne le cache pas du tout. Il a commencé à me draguer, c’est quasi s’il ne mettait pas sa main sur ma cuisse. J’ai gentiment refusé sa proposition, mais nous avons quand même parlé, de pas mal de choses à vrai dire… de politique, de religion, de toi, de moi, il me racontait ses vacances… J’étais à ma troisième Leffe, alors il m’a proposé un verre… du whisky… Pourquoi hésiter… It’s fucking Christmas… j’ai pris un Johhnie Walker pure avec 2 glacons, lui Whisky Coca… On a continué l’après-midi au Whisky, on était bien parti.

Un peu plus tard, une femme, la quarantaine, mais très bien conservée est rentrée avec son chien (un modèle porte-clé), très belle femme, très bcbg (c’est le quartier du sablon en même temps), elle est venue s’asseoir à ma droite pendant que François (le gay) était à ma gauche et elle m’a dragué aussi… C’était ma journée apparemment… Je me suis alors tourné vers elle et nous avons aussi parlé… de politique, de religion, de toi, de moi… Elle s’appelle Sophie, elle par contre ne m’a pas offert de Whisky mais à commandé une bouteille de champagne… qu’on a bu à trois avec François.

Nous étions les seuls 3 personnes dans ce café qui ne voulions pas du tout fêter Noël cette année… Assez drôle et comique je dois avouer, pendant que tout le monde lançait des voeux en veux en voilà, nous faisions les rebelles.

17h, François devait s’en aller, il avait rendez-vous, alors il m’a demandé ce que je comptais faire dans la soirée, je lui ai répondu que je n’avais rien de prévu mais que si je décidais de sortir en ville, à la rigueur il n’avait qu’à me donner son numéro et je l’appellerai… Une fois qu’il est parti, je suis resté avec Sophie à discuter, d’abord au bar puis nous nous sommes installés sur une table qui s’était libéré… toujours au champagne…

Elle a divorcé l’année dernière, pendant les périodes de fêtes justement et c’est la raison pour laquelle elle ne veut pas fêter quoi que ce soit. Elle m’a proposé de la rejoindre chez elle pendant la soirée… hummm d’un côté un homme gay de 45 ans et de l’autre une très belle femme qui me propose un rdv… choix difficile… hihihi

J’ai aussi pris son numéro et lui ai dit que je verrai justement dans la soirée et que je la tiendrai au courant et je suis parti…

Et là… le drame… je me souviens être sorti du café et le souvenir suivant que j’ai… est le snack sur la place van meyel.

Je ne sais pas du tout comment je suis rentré, enfin comment je suis arrivé là… je n’ai aucun souvenir du trajet… C’est sur que question mélange je suis allé à fond…

Enfin j’ai pris une pitta et je suis revenu à la maison. J’ai allumé le pc et dès que je me suis connecté sur msn, Julie qui m’a envoyé un message…

« Que fais-tu ce soir, mon ange? »

« RIEN »… et je lui explique la petite aventure de l’après midi…

Et elle me sort, ça ne dirait pas de venir me rejoindre ce soir… J’ai refusé, alors j’ai eu droit à une crise de jalousie, du genre: tu vas voir des étrangers mais tu ne veux pas venir me voir…

Alors j’ai arrêté de lui parler et j’ai envoyé un message à François et à Sophie afin de savoir ce qu’ils avaient prévu dans la soirée…

D’abord François qui m’appelle pour me dire qu’il est au Homo Erectus, une boîte gay et que si je veux venir le rejoindre et il n’y a aucun problème… Hummmm… Merci pour l’invitation François mais je vais laisser ma place à quelqu’un d’autre. Je le reverrai probablement dans le café où on s’est connu.

Tout de suite après Sophie qui m’appelle… question identique qu’à François… Elle me sort: J’ai envie de sortir danser!… hein… danser, y a des trucs ouverts le soir de Noël… Oui oui, on prends ma voiture et on va danser… Non je crois que je vais laisser passer cette superbe occasion ma chérie, on fera ça une autre fois…

Sauf que là j’étais couillonné… je ne savais pas quoi faire, aller trouver Julie… laisses tomber… il est déjà 23h passé. et je n’ai pas envie de la voir.. alors je me suis rhabillé et je suis sorti… j’ai fait tout un tour jusqu’à Montgomery…

Bordel mais quasi tout est fermé… Bon merde, je vais descendre à la place Jourdan… Arrivé place Jourdan, un seul café d’ouvert et y a du monde… un couple (un peu bourrin sur les bords) est occupé au bingo, un homme est assis seul sur la dernière table au fond, un couple de jeunes derrière moi qui boivent du champagne (enfin du mousseux), deux autres types en plus de moi assis au bar, dont un qui boit un café et l’autre une Hoegaarden blanche…

Puis y a la serveuse bien-sûr, elle vient de reprendre son service, elle est bien habillée donc c’est qu’elle vient justement d’un diner de Noël…

Bingo… on commence à parler, elle venait de terminer de diner avec sa famille, elle trouvait que c’était une fête d’hypocrite… elle n’a pas tout à fait tort… je lui donne même raison à vrai dire…

Enfin j’ai continué à boire, la serveuse m’a même offert un verre de sa part, il devait être 3h du matin quand je me suis enfin dit « Autant rentrer »… J’étais plein… mais pas du tout malade… Je me suis dirigé vers la maison mais petit halte au night shop d’abord… il est sur le point de fermer, je prends un paquet de clopes… en voyant mon état et mes yeux, il se fous un peu de moi… en même temps y avait de quoi… je sors mais je rentre au magasin aussitôt. Je voulais prendre autre chose à boire, oui encore de l’alcool… il me demande si c’est une bonne idée… je lui réponds oui et c’est même une excellente occasion… mais je sors du magasin avec une bouteille de coca, en me disant que je ressortirais dans la nuit si j’ai encore envie de boire.

Tout le monde dors déjà, je monte me coucher, mais impossible de fermer les yeux, il n’y a que le fait d’avoir la couverture au dessus de la tête qui me fait du bien alors je reste couché sans bouger… je prends mon gsm et je commence à jouer au Solitaire…

Le lendemain, le 25, je sors du lit qu’il est 11h30 du matin, je descends me préparer un thé et je regarde la télé… je remonte avec ma tasse et je me mets sur le pc… Un message de Stef (un voisin et ami)… Tu fais quoi? Ça te dis de venir boire un café et fumer un joint… OHHHH OUI… J’arrive, laisses moi une demie-heure le temps de me préparer.

Pendant ce temps Julie est connecté aussi et m’envoie des messages pour savoir ce que j’ai fait dans la nuit, elle est toujours dans sa famille, elle est restée la pendant la nuit. Elle insiste de nouveau pour que je la rejoigne, je refuse toujours de la même manière… Je finis de m’habiller et je coupe le pc, Julie qui m’envoie cette fois un sms pour savoir ce que je vais faire, je lui parle de Stef et du fait que je vais chez lui. Arrivé chez Stef, je m’installe, et on fume, on parle de choses et d’autres, dont la Noël… Je suis à mon deuxième joint, il change de chaine sur sa télé, on tombe sur un documentaire… C’est « La Citadelle assiégée », superbe film documentaire, jamais vu quelque chose d’aussi impressionnant, c’est une guerre EPIQUE ET TITANESQUE entre les gentilles termites (de couleur blanche et or) et les fourmis carnivores (de couleur noire… faut pas chercher le cliché), quelles sales bêtes ces fourmis, faut pas les emmerder, rien ne résiste, même un serpent sur leur chemin, c’est de la bouffe…

Enfin le fait d’avoir fumé des joints accentue nos émotions, et on est sur le cul devant le film tellement tout est impressionnant, grandiose… pendant ce temps mon gsm n’arrête pas de vibrer c’est Julie qui me fait un caca nerveux et une crise monumentale de jalousie… Dans un des messages elle me sort que je préfère aller voir un pote plutôt que de venir voir ma copine… Je lui ai répondu que mon pote en question était à deux minutes de chez moi et que je n’avais pas besoin de prendre le train, mais que surtout je ne restais pas dormir chez lui…

Mon message ne change rien, elle continue et dans un des derniers sms de l’après-midi, elle me dit: tu veux que je vienne te voir ce soir, on pourrait passer la nuit ensemble, sortir quelque part… Je ne réponds pas directement, alors le ton de ses sms change et elle veut absolument une réponse… je lui dis, non je ne peux pas, je dois me lever tôt car je vais avoir Louis pour le weekend (ce qui est la pure vérité). Elle arrête et n’insiste plus… mais tout ça était trop beau pour être vrai.

Stef doit aller quelque part alors je rentre, je suis complètement pété, je me mets sur le pc et je suis tranquille pendant un moment… Il est 17h40 quand je reçois un message sur msn de… oui… de Julie: Mon ange, il y a ma copine R. qui vient à Bruxelles ce soir pour aller dans une boîte, elle m’a proposé de venir avec elle, tu veux nous rejoindre…

Hummm… La coïncidence… Je lui réponds de nouveau NON… je ne peux pas, j’ai Louis demain. Mais elle continue d’insister… Alors je coupe tout… Je ne réponds à plus aucun de ses messages ou sms. Vers 23h je décide de sortir boire un verre… je descends de nouveau vers la place Jourdan. Toujours au même café, la serveuse n’est pas la même, mais je la connais aussi. 0h17, je reçois un nouveausms: Mon Ange, je suis avec R.  dans la boite, es-tu sur que tu ne veux pas me rejoindre…

Quoi répondre… Je n’ai aucune envie d’aller dans une boite de nuit, j’ai horreur de ça… Mais bon, il faut que je la vois, il faut que je lui parle, car je n’ai pas apprécié son petit numéro quand j’étais chez Stef… alors je lui envois un message: A quelle heure, comptez-vous retourner? Est-ce qu’on peut se voir dans la matinée, je vous offre le petit-déjeuner.

Elle est d’accord et on s’arrange pour 6h du matin, je finis ma Westmalle et je rentre me coucher. Mais impossible de fermer les yeux de nouveau, je ne sais pas dormir, j’ai d’ailleurs oublié de demander la prescription des somnifères à mon Psy… Je reste sous la couette et j’attends…

Mon réveil sonne à 5h25, je reste un peu dans le lit, mais cette fois c’est le téléphone… c’est Julie… elles sont déjà en ville… La seule pensée qui me vient au moment même…: Ah les connes… C’est vraiment des blondes…

Pas le choix, je me lave et je m »habille vite et me mets en route vers le métro. Elles ne connaissent pas les noms des rues, comment leur faire comprendre alors… Je leur dis, trouvez n’importe quoi d’ouvert et attendez moi là… 10 minutes après j’y suis, elles sont derrière la Bourse, elles sont sorties de l’endroit où elles étaient car il y avait des types louches.

Bon tant pis, il faut trouver un truc d’ouvert… Malheureusement les cafés ne sont pas encore ouverts, ils sont entrain de nettoyer, alors on monte vers la Grand-Place et il y a des trucs d’ouvert dans la rue des Pittas, on voit un snack et on y rentre… R. prends une assiette de calamars avec de la sauce à l’ail et Julie une pitta avec aussi de la sauce à l’ail… à 6h du matin… Moi j’ai encore l’alcool de la veille qui fait de l’effet donc je ne mange rien, je demande juste un thé…

J’attends que Julie ait fini de manger et je demande au gérant si je peux fumer vu qu’ils étaient sur le point de fermer, il me réponds oui, j’allume une cigarette et je prends un café…

M: Bon Julie… C’était quoi cette connerie que tu m’as fait hier?

E: Tu me manquais c’est tout, je trouvais ça dégueulasse de ta part d’aller voir un pote plutôt que de venir me voir.

M: Bon, écoutes, je ne sais plus dans quelle langue t’expliquer les choses, mais je n’ai aucune envie de les répéter. Je pense que j’étais déjà assez clair à ce sujet. Je ne veux pas d’une relation. Et ta crise de jalousie n’arrange rien. J’ai perdu mon couple à cause de ça et je n’ai aucune envie de recommencer. Donc, je finis ma tasse, R. a fini de manger, on va aller à la gare et vous allez reprendre votre train. Pour ce qui est du 31, tu le sauras le jour même, je n’ai encore rien décidé…

Je les ai raccompagné à la gare et attendu qu’elles montent dans le train et suis revenu…

Je me suis fait un thé et je suis revenu me coucher, mais je n’avais pas sommeil… alors j’ai patienté jusqu’à ce que la mère de Louis arrive.

J’ai passé la journée avec Louis. On a joué à la Gamecube et puis ce soir on a regardé un film ensemble, il est venu s’asseoir dans mes bras puis s’est couché, on a regardé le film de Bob et Bobette. Il était trop mignon. Il est trop mignon… et je peux t’assurer que tu lui manques, car il m’a encore fait une remarque en voyant ta photo que j’ai comme fond d’écran sur l’ordi et aussi sur le gsm pendant qu’il était dans mes bras.

Je ne sais pas encore ce qu’on fera ensemble demain, dommage que la neige a fondu, car je l’aurai bien emmené aux étangs de Woluwé pour faire de la luge ou autre…

Enfin soit, je vais aller dormir maintenant, si j’arrive… pas le choix, j’ai Louis et c’est seulement lorsqu’il est là que je me sens moins seul. Et j’ai envie de m’occuper de lui du mieux que je peux, maintenant que sa belle-maman/sa copine Daniella n’est plus là…

Tu me manques toujours autant.

Ton Poussin.

Read Full Post »